Comme fait pour elle [LB] [RV]

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Comme fait pour elle [LB] [RV]

Message par Lana le Mer 3 Oct - 20:57

Lieu précis : Le paisible
Date : 23 septembre 2018
Heure : 08h52
Mise en situation : Lana viens de s'installer dans l'appartement au dessus du restaurant et décide d'aller y prendre son diner.
URL du RP : http://la-voix-des-dolorey.forumactif.com/t83-comme-fait-pour-elle-lb-rv#224
Statut : Libre
Tours : Réservé
Titre du RP : Comme fait pour elle


Dernière édition par Lana le Lun 8 Oct - 17:53, édité 2 fois
avatar
Lana
Bon parleur
Bon parleur

Messages : 49
Points : 985
Date d'inscription : 13/06/2018
Age : 23
Localisation : Sainte-Rosalie

Voir le profil de l'utilisateur http://la-voix-des-dolorey.forumactif.com/f86-bloc-de-lana http://la-voix-des-dolorey.forumactif.com/t26-mademoiselle-zulian-valide

Revenir en haut Aller en bas

Lana RP 1

Message par Lana le Mer 3 Oct - 21:29

Comme fait pour elle


988 mots
Pas de dialogues

Hier soir j’ai loué un camion de déménagement, blanc, classique, placardé de la marque de l’agence de location. Je me suis empressée de le remplir le plus possible de tout mon bric à brac : meubles démontés, cartons de vaisselles, cartons de linges, serviettes et vêtements. C’est donc naturellement au ralentie que je me réveille ce matin. J’ai tout de même une heure d’avance !
Je sors de mon lit pour me retrouver debout, au milieu de mon vieil appartement. Il est maintenant totalement vide, a l’exception du lit qui trône au milieu du salon, aux coté de mon petit sac à dos, ainsi que mon sac à main bordeaux préféré.
J’enfile un jeans, un petit pull rose poudré et des baskets grises. Je range mon pyjama dans mon sac noir, démonte tranquillement mon lit et met le tout dans le camion.
Je décide de me prendre à petit déjeuné dans le café d’en face, le temps que le chauffeur arrive. Mon repas terminé, comme lisant dans mes pensées, il arrive, portant lui aussi un logo, sur sa veste. On se met en route tout de suite après son arriver, juste le temps de faire un dernier contrôle de l’appartement et de lui faire mes derniers adieux. Il doit être six heure et demi quand la voiture démarre enfin. En route pour une nouvelle vie !

Pour gagner du temps et pour éviter d’être embêtés sur de toutes petites routes avec le camion, on prend l’autoroute. Les paysages défilent à une vitesse folle et même si je n’y ai passé que 6 mois, j’ai un pincement au cœur en m’éloignant de mon ancien appartement, comme à chaque fois que je déménage. Mais cette fois il y a quelque chose de différent. J’ai un sentiment de soulagement en me disant que cette fois, je ne partirais pas au bout de 6 mois. Je veux m’établir dans cette vie qui n’attends plus que moi. Je voie des villes qui passent, des montagnes, des villages, des étendues de champs et surtout une route qui ne semble plus s’arrêter.

Vers huit heure trente, on finit par sortir de l’autoroute et arriver dans une ville nommée « Sainte-Rosalie ». C’est chez moi !
Les maisons sont belles, avec des grands jardins. Le genre d’endroit où on se sent tout de suite à l‘aise.
Les maisons passent lentement devant mon regard attentif. Elles ont un esprit très vieux, comme si chaque bâtisse avait sa propre âme.

Un peu avant neuve heure, on arrive devant un bâtiment, une enseigne indiquant « Le paisible », c’est un restaurant. Il est très attrayant : simple mais chaleureux.
Ça correspond à l’adresse qu’on m’a indiqué pour récupérer mes clefs. Monsieur d’Hombre a dit qu’il m’enverrait quelqu’un, je n’ai qu’à l’attendre à l’intérieur. Je propose au chauffeur de m’accompagner boire un café s’il le souhaite puis, sans attendre de réponse, je m’engouffre à l’intérieur du restaurant.
C’est magnifique, le mobilier est imposant, gravé, principalement fait de bois, ça donne un style très rustique au lieu. Quelques personnes habitent déjà les lieux. Je remarque à une table deux adolescentes qui semble faire leurs devoirs, aidées d’une jeune femme, surement une tante ou une grande sœur. Cette scène confirme ce que je pensais : On se sent comme à la maison ici !
Je me dirige vers la gauche, commande un café au bar puis choisis de m’assoir à une une petite table non loin, en prenant soin de m’installer dos au mur, pour avoir une vue d’ensemble sur la grande salle du restaurant.



Dernière édition par Lana le Jeu 25 Oct - 0:30, édité 1 fois
avatar
Lana
Bon parleur
Bon parleur

Messages : 49
Points : 985
Date d'inscription : 13/06/2018
Age : 23
Localisation : Sainte-Rosalie

Voir le profil de l'utilisateur http://la-voix-des-dolorey.forumactif.com/f86-bloc-de-lana http://la-voix-des-dolorey.forumactif.com/t26-mademoiselle-zulian-valide

Revenir en haut Aller en bas

Bélinda - 001

Message par Destin le Dim 14 Oct - 13:27

Comme Fait Pour Elle
C’était une journée comme les autres, au paisible. Les clients s’enchaînaient assez vite. Helena et Nora étaient venues faire leurs devoirs ensemble, avec Charlotte. Les employés étaient livrés à eux-même, sans pour autant avoir le droit à l’erreur : le patron était dans la pièce. Les rumeurs courraient le long des tables, le long du bar. Parfois murmurés, comme celles prétendant que la pauvre Eloane avait été kidnappée par un affreux mafieux. Parfois, elles étaient presque criées avec joie, comme quand on racontait que, cette rentrée encore, de nombreuses personnes allaient venir, attiré par la beauté pure de Sainte Rosalie comme des papillons vers la lumière. Le vieux Monsieur Rigaud, toujours à se plaindre, prétendait qu’ils allaient tout dénaturer et construire des immeubles. Mais personne n’y croyait vraiment… Pourquoi avoir peur ? Les D’Hombre étaient maires à Sainte Rosalie depuis presque toujours. Jamais un membre de leur famille, comme Edward, ne laisserait faire ça.


Il est quasiment neuve heure quand une jeune femme passe la porte. Son teint allé, ses cheveux noirs et ses yeux violets étaient inconnus de tous. Loïs s’amusait déjà à raconter milles et unes histoires plus improbables les unes que les autres à son sujet. En rapportant un plateau depuis la cuisine, Kate murmura à l’oreille de Bélinda :

« Elle est canon, non ? »

Roulant des yeux, la jeune serveuse donna une petite tape à son amie.

« Dépêche-toi d’aller la servir, au lieu de glander ! »

La voix d’Albert, au fond du restaurant, rappela les deux serveuses à l’ordre. Kate fonça vers une table, sans manquer de faire un clin d’œil à Clémentine, son adorable petit coup de cœur, qui mangeait avec son frère. Bélinda arriva devant la jeune femme, qui commanda un café. Elle se retourna pour attraper une tasse en porcelaine dans le vaisselier, et n’eut pas le temps de lancer la machine que sa cliente s’était déjà éloignée, installée à une petite table, dos au mur. Elle semblait contempler LePaisible avec tendresse, comme si notre petite affaire lui apportait une certaine chaleur. Elle captait son bon-vivre. C’était certain désormais, elle ne ferait pas construire d’immeuble.


Se déplaçant avec toute l’agilité que son uniforme de serveuse lui permettait, Bélinda atteignit la table et y déposa un café, avec les quatre petits biscuits habituels. Il y avait le cœur saveur chocolat, le pic saveur noisette, le trèfle saveur vanille et le carreau saveur pistache, qui accompagnerait toute commande de boisson chaude jusqu’à la fin de septembre, pour être remplacé par les biscuits d’octobre. Avec un grand sourire, elle annonça :

« Voici votre commande mademoiselle. Vous fallait-il autre chose ? »

Et elle sortit machinalement son petit carnet noir pour y noter une éventuelle commande, avec son stylo en chêne. Elle aurait préféré manipuler un de ses précieux stylo panda ou licorne, mais l’uniforme était l’uniforme, et elle l’acceptait avec le sourire et le professionnalisme dont devait faire preuve les serveurs du paisible.
; color:black;">Ileana X Bélinda X Kate X Albert X Clémentine X Fabrice


Dernière édition par Destin le Jeu 25 Oct - 17:44, édité 1 fois
avatar
Destin
Administrateur
Administrateur

Messages : 169
Points : 2515
Date d'inscription : 11/06/2018

Voir le profil de l'utilisateur http://la-voix-des-dolorey.forumactif.com/f81-bloc-du-destin

Revenir en haut Aller en bas

Norbert - 001

Message par Destin le Lun 15 Oct - 13:57

Comme Fait Pour Elle438 mots
CRABE
Norbert
ZULIAN
Ileana
Le patron m’a fait lever à 4h ce matin. J’ai dû me débrouiller pour rejoindre la cliente, pour conduire son fichu camion. J’dois aussi l’aider à tout r’monter, après être arrivée dans son trou paumé. J’ai dû checker des cartes jusqu’à pas d’heure pour être prêt. La p’tite veut prendre l’autoroute. Elle veut arriver vite chez elle. L’patron a dit qu’elle a payé à l’avance, qu’c’est pas une n’importe qui, qu’c’est une genre de princesse moderne, que j’allais devoir gérer, pour la boîte et tout. ‘Fin bref. Mon p’tit dèj’ est terminé, je file en voiture jusqu’à chez elle.

Il est presque six heures quand j’arrive, et la p’tite sort du café, tranquillou. Elle a pu dormir, elle. Rah ça m’énerve ! On prend le temps de checker qu’on a rien oublié, je check le véhicule. 6h30, c’est parti ! J’espère qu’elle va pas nous d’mander d’nous arrêter en ch’min… Le trajet s’passe bien. On va au trou du cul du monde. Ça s’appelle « Sainte Rosalie ». C’est tout p’tit, c’est perdu et c’est plein de gens qui ont beaucoup trop de fric. Il y a un putain d’pensionnat privé là-bas, genre « enfants à problèmes pétés de thunes ». ça s’trouve, elle est en cloque, et elle cherche un coin sympa pour pondre un brailleur. Bref. Peu importe.
Il est environ neuf heure quand je m’arrête devant son nouveau nid. Elle descend en me proposant de la rejoindre dans l’p’tit restau qui squatte son adresse. Elle attend pas d’réponse, comme si c’était une simple politesse, et disparaît. Je continue ma p’tite route jusqu’à trouver une place pour le camion, je m’gare, j’verrifie qu’tout est bien fermé et j’y vais. On sait jamais quel genre de p’tite raquaille on peut trouver, dans l’trou du cul des bourges.

J’entre enfin dans l’p’tit restau. C’est vraiment pas grand. Tout l’monde s’parle. Ça pue le bled paumé. Pas moyen d’avoir une vie privé ici, j’suis sûre. Bref. J’vais tout d’suite au bar. Une jolie blonde aux yeux bruns m’accueille, toute sourire, alors qu’elle revient tout juste des tables.

« Bonjour monsieur. Que désirez-vous ? »

Elle est mignonne. Si c’était pas qu’une gosse, j’me la f’rait bien.

« Un café noir, serré. Et un donut glaçage chocolat »

Sans attendre, je cherche la p’tite princesse moderne du regard. Il y a vraiment trop d’riche ici. J’la trouve vite. J’masseoie à sa table. Elle a une jolie tasse en porcelaine avec des p’tit biscuits. Ça lui r’semble trop. C’est vraiment un trou à p’tite princesse moderne…

« J’ai garé l’camion m’dame. »

Je sais pas trop c’qu’on attend, mais on attend.
avatar
Destin
Administrateur
Administrateur

Messages : 169
Points : 2515
Date d'inscription : 11/06/2018

Voir le profil de l'utilisateur http://la-voix-des-dolorey.forumactif.com/f81-bloc-du-destin

Revenir en haut Aller en bas

Lana RP 2

Message par Lana le Jeu 18 Oct - 22:35

Comme fait pour elle

446 mots
Mes dialogues
Les dialogues de Bélinda
Les dialogues du chauffeur

En entrant j’avais senti des tonnes de regard s’abattre sur moi, comme si j’étais une bête curieuse. Je suis la petite nouvelle, dans un petit village, c’est la même chose… Je n‘ai pas pris le temps de m’attarder avec le personnel en prenant ma commande, j’étais bien trop absorber par ce lieu. Installée confortablement, je me perdais maintenant dans la contemplation du restaurant.
Soudain, une silhouette brise mon champ de vision pour s’y arrêter en plein milieu. Elle s’anime de nouveau, me ramenant à la réalité, pour placer mon café en face de moi, accompagner de 4 petits gâteaux, symbolisant chacune des couleurs d’un jeu de carte, très charmant. Je relève la tête vers le doux visage de la jeune fille, en lui adressant l’un de mes plus beau sourire. D’une voix attendrie, mais vraisemblablement intimidé, elle annonça :
« Voici votre commande mademoiselle. Vous fallait-il autre chose ? »
Sans même suivre le mouvement de ses pétillant yeux verts, elle attrape son carnet de commande ainsi qu’un somptueux stylo de chêne massif. J’attends qu’elle soit prête pour m’adresser à elle.
« Je suis désolé d’avoir sembler m’enfuir si vite, j’ai un rendez-vous, cependant je n’ai encore jamais rencontré la personne que je dois voir aujourd’hui. Il me repèrera plus facilement si je suis déjà installé. Je suis Ileana, si un certain Edward me demande, pouvez-vous lui indiquer ma table ? Enfin je dis Edward mais comme il est très occupé, cela ne me surprendrait pas que monsieur D’HOMBRE m’envoie quelqu’un d’autre. Enfin, si on demande Ileana ZULIAN, c’est moi. »
J’attends qu’elle me dise si elle a tout compris pour ajouter :
« Et j’ai une petite faim, je ne connais pas vous spécialité mais je vous laisse le choix de ce que vous allez me servir, évité juste quelque chose de trop lourd, j’ai un déménagement à faire. »
Je lui adresse à nouveau mon plus beau sourire quand j’aperçois la porte s’ouvrir sur mon chauffeur. Il prend commande au bar puis scrute la pièce, il semble me chercher. Il ne tarde pas à me trouver et, en s’installant à ma table, déclare :
« J’ai garé l’camion m’dame. »
Je me sens soudain forcer de lui expliquer pourquoi je viens prendre un café alors qu’il doit être pressé de rentrer chez lui.
« J’ai rendez-vous avec le propriétaire à 9h pour récupérer mes clefs et qu’il me conduise à l’appartement, dont je ne connais pas encore l’adresse exacte. Apparemment, ce restaurant et le lieu de rendez-vous le plus proche. »
Une fois fini de parler je commence à gouter les petits gâteaux qui m’on été servi il n’y a même pas deux minutes.



Dernière édition par Lana le Jeu 25 Oct - 0:29, édité 1 fois
avatar
Lana
Bon parleur
Bon parleur

Messages : 49
Points : 985
Date d'inscription : 13/06/2018
Age : 23
Localisation : Sainte-Rosalie

Voir le profil de l'utilisateur http://la-voix-des-dolorey.forumactif.com/f86-bloc-de-lana http://la-voix-des-dolorey.forumactif.com/t26-mademoiselle-zulian-valide

Revenir en haut Aller en bas

Bélinda - 002

Message par Destin le Ven 19 Oct - 23:02

Comme Fait Pour Elle
« Je suis désolé d’avoir sembler m’enfuir si vite, j’ai un rendez-vous, cependant je n’ai encore jamais rencontré la personne que je dois voir aujourd’hui. Il me repèrera plus facilement si je suis déjà installé. »

Ceci expliquait cela. Le sourire de Bélinda se radoucit à mesure que la belle inconnue parlait. Si elle devait voir quelqu’un qui avait l’habitude de venir ici, Bélinda le connaissait.

« Je suis Ileana, si un certain Edward me demande, pouvez-vous lui indiquer ma table ? »

Ileana, c’est noté. Littéralement. Comme le fait qu’Edward devrait la chercher. Edward… Edward Chavez, professeur d’histoire-géographie au collège ? Edward McIrish, le BabySitter sexy qui avait emménagé en juin, au-dessus du café de Pétunia ? Edward Ford, le nouveau petit ami de Julien Loques ? Ou bien… non. Pas Edward D’Hombre ? Si Edward venait ce serait… encore plus stressant que Charlotte !

« Enfin je dis Edward mais comme il est très occupé, cela ne me surprendrait pas que monsieur D’HOMBRE m’envoie quelqu’un d’autre. »

Edward D’Hombre. L’assistance sursauta. Tout le monde tourna son regard vers elle. Monsieur D’Hombre. Ils avaient tous entendu. C’était un automatisme, à Sainte Rosalie. Quelqu’un parlait du sacro-saint roi, alors il fallait qu’on sache ce qu’on disait. Bélinda toussota pour se retenir de s’exclamer. Elle voyait déjà clairement Charlotte sourire, à sa table, d’un air amusé.

« Enfin, si on demande Ileana ZULIAN, c’est moi. »

Ileana Zulian. Le nom fut noté à la suite du prénom, tout naturellement. Aucun des deux ne disait quelque chose à la jeune serveuse, mais elle savait qu’ils devaient évoquer des choses à Charlotte ou Edward, qui avaient toujours une connaissance poussé des familles riches en France et même, dans une certaine mesure, à travers le monde.

« C’est noté. »

Bélinda retenait son souffle. Elle était face à une femme qui était en contact direct avec Edward D’Hombre. Une femme qui avait rendez-vous avec lui. Une femme avec un prénom et un nom original. Elle servait une femme potentiellement importante.

« Et j’ai une petite faim, je ne connais pas vous spécialité mais je vous laisse le choix de ce que vous allez me servir, évité juste quelque chose de trop lourd, j’ai un déménagement à faire. »

Une petite faim ? A Bélinda de choisir ? Pas trop lourd ? Son sang ne fit qu’un tour. En un instant, elle se retrouva deux fois plus crispé. Son cerveau turbinait à une vitesse inimaginable. S’inclinant, elle répondit à sa cliente :

« Bien sûre madame. Je vous sers ça tout de suite. »

Puis, voyant le regard furtif de la demoiselle vers la porte, elle s’effaça pour retrouver le bar. Là, elle transmit la commande à Loïs, et les indications à Albert. Il s’empressa de prévenir les serveurs. Mais ils savaient tous déjà que, quoi qu’il se passe, si un employé d’Edward entrait, toute la salle allait pointer mademoiselle Zulian comme une bête curieuse.
; color:black;">Ileana X Bélinda X Kate X Albert X Clémentine X Fabrice
avatar
Destin
Administrateur
Administrateur

Messages : 169
Points : 2515
Date d'inscription : 11/06/2018

Voir le profil de l'utilisateur http://la-voix-des-dolorey.forumactif.com/f81-bloc-du-destin

Revenir en haut Aller en bas

Kate - 001

Message par Destin le Ven 19 Oct - 23:34

Comme Fait Pour Elle
Kate & Lana
C’était la journée idéale ! Thierry et Clémentine mangeait ensemble, et Clémentine resplendissait. Comme toujours, vous me direz, mais elle avait quelque chose de plus. Et Kate avait le privilège de savoir ce qui la faisait sourire béatement, puisqu’elle en était la cause. Le cadeau et la lettre d’admiration secrète avaient faits leur effet.

Chantonnant presque, Kate rapportait son plateau d’assiettes vides à la cuisine quand une jeune femme entra. Avec son corps de déesse et son côté mystérieux, elle piqua tout de suite la curiosité de Kate. La jeune fille était intéressée. Pas au point d’oublier Clémentine, évidemment, mais assez pour murmurer à l’oreille de sa petite Linda :

« Elle est canon, non ? »

Tout ça juste avant de subir la mauvaise humeur d’Albert le tyran, qui répétait qu’il fallait assurer le service.

Kate ramena avec grâce le plat de pancake table 3, tout en envoyant un petit signe plus ou moins discret à sa petite préférée. Cette dernière rougit un peu, montrant qu’elle avait comprit. Thierry allait faire la morale à Kate, demain, quand il reprendrait son taf de serveur. Mais, pour le moment, elle savourait sa petite idylle innocente.

Une fois la table trois servie, Kate s’installa au bar, où elle put resservir le vieux Rigaud trois fois, l’écoutant parler de ses stupides immeubles, avant qu’il ne se passe quelque chose d’original. On prononça le nom du roi. Quelqu’un venait de parler d’Edward D’Hombre, elle en était certaine. Rigaud lui-même s’était retourné sur son tabouret. Tout le monde fixait avidement la coupable.
Ileana Zulian était donc le petit nom de la beauté exotique. La beauté exotique qui avait rendez-vous avec Edward. Un petit mot de Loïs sortit de la cuisine et fit le tour du personnel. Il indiquait « Edward a vraiment du goût, pas vrai ? ». Ce cuisinier était vraiment incorrigible. Kate sourit, amusée. Elle était détendue. Bélinda, elle, avait l’air d’être tout le contraire. Elle avait l’air d’un robot mal huilé, alors qu’elle notait la commande de sa cliente. Il fallait maintenant prier pour que le pauvre Loïs sache lire le Bélina-en-panique.

Enfin, le départ de Bélinda concorda avec l’entrée d’un homme.

Il avait l’air musclé. Il était blond, grand, la mâchoire carré. C’était surement le type d’homme à plaire à quelques femmes. Mais les hommes n’étaient pas le type de Kate. Dans un élan d’humour, Loïs griffonna sur un papier qui se glissa jusqu’à Kate : « c’est lui qui fera des immeubles ». La serveuse se retint de pouffer et accueillit le client.

« Bonjour monsieur. Que désirez-vous ? »

Il la regarda comme un animal regarde une proie. Elle se sentit soudain mal à l’aise, mais surtout prête à le remettre à sa place. Inspirant profondément, elle lui adressa un sourire poli et écouta sa réponse :

« Un café noir, serré. Et un donut glaçage chocolat. »

Donc c’était un monsieur café. Décidemment, les étrangers du jours n’étaient pas des amis de Bélinda… Heureusement pour Kate, le lourd s’en alla aussi vite qu’il était venu. Malheureusement pour Bélinda, il se dirigea à la table de sa petite nouvelle. Dans un élan de gentillesse, ou pour voir la jolie petite exotique en face, ou peut-être pour rendre Clémentine jalouse, Kate décida de servir la commande.

Elle prépara donc le plateau de l’homme, et ajouta une tartelette au citron pour la mystérieuse mademoiselle Zulian. En quelque minutes, c’était prêt. Kate se lança donc rapidement à la conquête de la nouvelle venue. Mais surtout à la pêche aux infos ! Loïs avait parfois besoin d’une espionne, pour trouver ses ragots. Kate adorait endosser ce rôle.

Elle arriva à la table, posa le café noir, le donut, les biscuits et la part de tarte. Elle se tourna ensuite vers la cliente, toute sourire.

« Voilà votre commande mademoiselle. C’est un plaisir de vous servir, vous et votre… »

Elle laissa la phrase en suspens, afin d’enquêter, tout en priant pour qu’elle ne sorte pas avec le lourd de service.
avatar
Destin
Administrateur
Administrateur

Messages : 169
Points : 2515
Date d'inscription : 11/06/2018

Voir le profil de l'utilisateur http://la-voix-des-dolorey.forumactif.com/f81-bloc-du-destin

Revenir en haut Aller en bas

Norbert - 002

Message par Destin le Ven 19 Oct - 23:47

Comme Fait Pour Elle438 mots
CRABE
Norbert
ZULIAN
Ileana
Au moins, on attend. J’veux dire, j’aurais pû enchaîner avec un vieux ou une vieille, ou pire, avec une pétasse. Mais là, au moins, miss princesse va m’prendre la journée, c’est sûre. Et puis, elle cause.

« J’ai rendez-vous avec le propriétaire à 9h pour récupérer mes clefs et qu’il me conduise à l’appartement, dont je ne connais pas encore l’adresse exacte. Apparemment, ce restaurant et le lieu de rendez-vous le plus proche. »

Alors la miss elle déménage, tranquille, mais elle connaît pas l’adresse. Bah c’est qu’elle est maline ! ‘fin bref. C’est p’têt’ un truc de p’tite princesse moderne, d’être paumé d’vant chez sois. C’est pour faire genre qu’elles ont une vie dangereuse. Ah ! La bonne blague !

La gosse à croquer ramène son joli p’tit cul à not’table. Elle a quoi ? J’lui manque déjà ? C’tait pas la brunette qui servait la p’tite princesse ? Peu importe. Elle dépose tout avec calme, comme une autre p’tite princesse moderne le ‘frait. Puis elle nous parle, tranquille, comme si on voulait être dérangés par une môme trop bien foutue pour son âge.

« Voilà votre commande mademoiselle. C’est un plaisir de vous servir, vous et votre… »

Et vas-y qu’on s’fait désirer, et vas-y qu’on essaye d’savoir si l’beau gosse est célib’. Rah les p’tites jeunes en chien, c’est l’pire de tout ! Elle est trop facile en fait, j’me la f’rait pas. Et puis, j’suis au taf, avec un gros poisson, ce s’rait pas pro. Ouais, voilà, ça c’est une bonne excuse.

« Chauffeur. »

Je grommelle, croquant un bout de donut. Au moins, ils savent faire des donut… ils sont pas si con. J’espère qu’elle est pas trop conne pour deviner qu’elle doit bouger son p’tit cul avant qu’ça nous énerve.

‘Fin bref. J’me tourne vers la princesse moderne.

« Ok. Donc on attend. Génial. J’espère que le proprio est aussi ponctuel que vous, m’dame. »

Et le p’tit compliment bien glissé. Ouais, ça fait propre comme service. Le patron s’ra cool. Il va aimer le côté service gentleman. Ouais, l’patron s’ra content, obligé.
avatar
Destin
Administrateur
Administrateur

Messages : 169
Points : 2515
Date d'inscription : 11/06/2018

Voir le profil de l'utilisateur http://la-voix-des-dolorey.forumactif.com/f81-bloc-du-destin

Revenir en haut Aller en bas

Lana RP 3

Message par Lana le Sam 20 Oct - 22:17

Comme fait pour elle


404 mots
Mes dialogues
Les dialogues de Kate

Je me suis sentie comme dans la ville de mon enfance, quand tout le monde s’est tourné vers moi, à l’entente d’un nom. La différence aujourd’hui, c’est que ce n’était pas mon nom qui provoquait tant d’engouement. La personne qu’on doit surveiller ici, c’est Edward D’HOMBRE.
J’ai à peine croqué dans le biscuit, à la pistache apparemment, qu’une autre serveuse vient déjà apporter nos commandes. La première était une jolie brune mais la seconde est une adorable blonde. Je l’ai vue s’éloigner du bar quand  je m’en suis approchée. J’ai un peu suivit sa course et l’ai vue draguée une rousse installer avec un jeune homme. Les joues couverte de tache de son, avec le blond, ça lui donne un coté pure et enfantin. Elle m’a choisi une tartelette au citron, très bon choix ! Apparemment, monsieur ronchon a faim aussi, il a pris un donuts.
« Voilà votre commande mademoiselle. C’est un plaisir de vous servir, vous et votre… »
La voix vibrante de la demoiselle demande une réponse. Je remarque immédiatement mon chauffeur prendre une inspiration pour lui réponde et m’exclame donc avant lui :
« Employer ! »
J’adresse alors un grand sourire à l’intéresser avant de me tourner vers la demoiselle aux couettes, m’armant d’un sourire des plus charmeurs. Elle est bien plus ouverte et détendu que sa collègue, je peux me le permettre…
« Et mal préparer puisqu’il n’a toujours pas compris que je ne suis pas mariée et qu’il est donc très mal venu de m’appeler m’dame ! »
J’ai volontairement appuyé sur le m’dame, insistant ainsi sur la grossièreté du terme. Accompagnant la fin de ma phrase d’un ton rieur, qu’il comprenne que je ne fais que plaisanter gentiment.
Maintenant que j’ai allégé l’atmosphère, je pense que je peux me permettre de poser quelques petites questions. J’aimerais savoir si le choix est aussi judicieux que le prétend Edward. Je me lance :
« Désolée de vous déranger dans votre travaille pour vous demander ça mais… Y-a-t-il quelque chose que vous pouvez me dire sur le coin avant que je ne poser définitivement mes affaires ? Et, plus important encore, où je peux trouver un emploi sympa ? »
Je me suis penché en avant, d’un mouvement tout juste perceptible. Fixant mon regard au sien tant que j’avais la parole. Je le dirige maintenant vers sa bouche, pendu à ses lèvres lisses, attendant une réponse de sa part.



Dernière édition par Lana le Jeu 25 Oct - 0:29, édité 1 fois
avatar
Lana
Bon parleur
Bon parleur

Messages : 49
Points : 985
Date d'inscription : 13/06/2018
Age : 23
Localisation : Sainte-Rosalie

Voir le profil de l'utilisateur http://la-voix-des-dolorey.forumactif.com/f86-bloc-de-lana http://la-voix-des-dolorey.forumactif.com/t26-mademoiselle-zulian-valide

Revenir en haut Aller en bas

Kate - 002

Message par Destin le Lun 22 Oct - 15:24

Comme Fait Pour Elle
Kate & Lana
Parce que, quand même, ce serait dommage de gâcher une telle beauté pour un tel idiot. Quoi que, Kate ne savait rien de l’homme. Elle se trompait peut-être complètement à son sujet. Oui, elle devait se tromper. Un homme tel que lui ne pouvait pas venir à Sainte Rosalie… En tout cas, elle avait hâte d’entendre le compte rendu de Loïs.

« Employer ! »

Ouf ! Kate se sourit à elle-même, tandis que la belle exotique souriait au chauffeur, rapidement. Elle rendit rapidement son attention à la serveuse. Son sourire était… il était magnifique. C’était complètement fou, mais, comme avec Charlotte, Kate se sentait attirée à elle, c’était plus fort qu’elle. Elle voulait se rapprocher d’elle.

« Et mal préparé, puisqu’il n’a toujours pas compris que je ne suis pas mariée et qu’il est donc très mal venu de m’appeler m’dame ! »

Kate sourit de bon cœur. Elle savait comme il était difficile de faire entendre raison aux idiots qui s’évertuaient à nous vieillir, nous, les femmes jeunes et belles. C’était une information, ça : mademoiselle Zulian était célibataire ! Ou, en tout cas, elle n’était pas mariée. En plus, elle avait l’air prête à se faire de nouveaux amis ici.

« Désolée de vous déranger dans votre travaille pour vous demander ça mais… »

Etes-vous célibataire ? Non, elle ne dirait certainement pas ça. Mais ce serait drôle ! Oui, ce serait très drôle ! Mais que devrait répondre Kate ? Clémentine avait l’air intéressée, mais elle était peut-être trop jeune… et Thierry ne les laisseraient jamais tranquilles !

« Y a-t-il quelque chose que vous pouvez me dire sur le coin avant que je ne poser définitivement mes affaires ? »

Une chose à dire ? Non. Un millier, sinon plus. Kate ordonnait ses idées le plus vite possible. Entre le fait que les D’Hombre soient adorés comme des espèces de divinités, le bar à strip-tease de Damien, les ragots de Thierry, l’importance de ne pas être allergique aux chiens, le pensionnat Saint François, le club Jupiter, le fait que Sainte Rosalie compte plus de phénomènes surnaturels que la majorité des villes de france… bref. Il y avait tant de choses à dire.

« Et, plus important encore, où je peux trouver un emploi sympa ? »

Ici. C’était une évidence. La patronne était Charlotte DuLac, la petite sœur de la défunte reine, une amie de la déesse et du roi. La princesse vivait au-dessus. Les meilleurs personnes de la ville mangeaient ici, à commencer par les enfants de Saint François. Sinon, il y a… Agent de sécurité ou videur… mais, bientôt, une foule d’emplois allaient apparaître. C’était logique : Noël approchait. Chaque Noël, une foule de poste se libéraient. Tous les ans. C’était un genre de tradition locale…

Bon, la jolie exotique fixe la jolie bouche de Kate, comme si elle allait sauter dessus d’une minute à l’autre. La serveuse comprit qu’il était temps de répondre, de faire monter la tension. Pointant le panneau d’affichage d’un mouvement vague, elle commença :

« Bah, on cherche une serveuse pour nous évider de bosser quarante heure par semaine. »

Puis elle regarda autour d’elle, fit mine de dévoiler un secret puis se pencha pour murmurer :

« Et pour ce que tu dois absolument savoir… ton contact, Edward, c’est notre maire. Il possède presque toute la ville et il est un peu considéré comme un roi ici. »

Jetant un regard furtif vers Helena, elle poursuivit :

« La petite aux cheveux blancs, là-bas, c’est sa fille, Helena D’Hombre. »

Elle se redressa ensuite, toute sourire. Avec un clin d’œil, elle ajouta à voix haute :

« Si tu veux t’éclater, il y a toujours le Dolorion, maître de la décadence ! Chuck Bass est moins décadent que le patron d’ce bar ! »

C’était maintenant elle qui attendait une réponse, une réaction.
avatar
Destin
Administrateur
Administrateur

Messages : 169
Points : 2515
Date d'inscription : 11/06/2018

Voir le profil de l'utilisateur http://la-voix-des-dolorey.forumactif.com/f81-bloc-du-destin

Revenir en haut Aller en bas

Loïs - 001

Message par Destin le Mar 23 Oct - 23:07


Comme fait pour elle

Lafont Loïs et Zulian Ileana

« C’est des gens bizarres, les autres. Vous pensez qu’ils sont comme vous. Et pas du tout. Ils sont comme les autres. J’aime pas les autres » Jacques A. Bertrand

C’était un matin comme les autres : très tranquille. Très peu de commandes particulières, il suffisait de répéter encore et encore les même petits plats du matin. Loïs avait plus que l’habitude de ça. Il était cuisinier pour le Paisible depuis… presque toujours. Charlotte, la patronne, était une amie pour lui. Elle était de celle qui l’écoutait déballer la vie de chacun un peu partout. Mais, s’il devait choisir une personne qui le poussait à continuer au Paisible, c’était Kate. Elle le comprenait mieux que personne. Parfois, elle enquêtait pour lui. D’ailleurs, il espérait fort que c’était ce qu’elle était en train de faire, là, tout de suite. Parce que oui, ce matin lent et répétitif ne l’était pas tant que ça : une nouvelle était arrivé.

Difficile de googleiser quelqu’un au travail, me direz-vous. Sauf que la patronne avait tout compris, en installant les commandes vocales dans la cuisine. Ainsi, Loïs avait une idée assez claire de la personne en question : incapable de rester en place, riche, belle, volatile, distinguée, douée. Elle était un atout pour la ville, une fille à laquelle pas mal de gens allaient s’attacher. Mais allait finir par partir, lassée du calme de Sainte Rosalie.

Au moins, ça allait donner du travail à Loïs. Les photos de soirées s’enchaînaient sur son fil. On parlait d’elle dans les blogs de potins locaux. Elle était le genre de fille à arriver, à tout bousculer, à se forcer une jolie place et s’envoler, laissant un champs de bataille derrière elle. Mais pourquoi ? Quel était son secret ? La raison pour laquelle elle fuyait ? Pourquoi une petite miss parfaite fuyait-elle autant ?

Ce n’était pas les amis. Elle n’en manquait pas… ce n’était pas l’argent, elle n’en manquait pas. Ce n’était pas la popularité, elle n’en manquait pas. Etait-ce le calme ? Sans doute que non…

Oh ! Ses parents ne sont pas nés en Italie… Ses frères et sœurs nomplu… En fait, elle nomplu. Personne, dans sa maudite famille, n’est né en Italie. Mais c’est qu’elle est française ! Etrange… Il faudra jeter un œil à ça… mais d’abord, il faut essayer de savoir ce que le roi lui veut… Oui, il faut savoir ce que le roi lui veut…

C’est peut-être un truc de famille, genre un mariage arrangé. Elle fait le tour du pays pour profiter de sa jeunesse, puis elle va épouser le type que ses parents ont choisis. Ça voudrait dire que… elle va devenir la belle-mère d’Helena ? Oh mon dieu ! ça fera un choc à Kate, ça, quand elle l’apprendra… bon, c’est peut-être faux… est-ce que ça vaut le coups de faire tourner l’info ? Hum… pas encore… On va d’abord vérifier, c’est plus pro.

Codage par Laxy Dunbar
avatar
Destin
Administrateur
Administrateur

Messages : 169
Points : 2515
Date d'inscription : 11/06/2018

Voir le profil de l'utilisateur http://la-voix-des-dolorey.forumactif.com/f81-bloc-du-destin

Revenir en haut Aller en bas

Lana RP 4

Message par Lana le Jeu 25 Oct - 0:29

Comme fait pour elle


623 mots
Mes dialogues
Les dialogues de Kate

Pendant que je parlais, j’avais pris le temps de contempler toutes les expressions qu’a pris la petite serveuse. Son cerveau avait l’air de tourner à plein régime. Elle devait avoir beaucoup de choses à dire.
Je suis pendu à ses lèvres quand je distingue un mouvement de sa part : elle m’indique un panneau d’affichage près de l’entrée. Complétant le geste à la parole, elle m’annonce :
« Bah, on cherche une serveuse »
Intéressant ! D’après Edward c’est tout près de chez moi, ce serais l’idéal de travailler tout près, pas besoin de traverser toute la ville. C’est sûr là, l’offre m’intéresse.
« pour nous évider de bosser quarante heure par semaine. »
Dure… Elles bossent tant que ça ? Je laisse alors mon regard parcourir la salle. C’est vrai qu’il y a du monde pour un dimanche matin. Quand je reviens à elle je vois qu’elle aussi avait égaré son regard. En encrant à nouveau ses yeux au miens, elle se penche sur la table. Elle n’est qu’a quelques centimètres de mon visage lorsqu’elle murmure :
« Et pour ce que tu dois absolument savoir… »
Elle me drague, là ? Non, ce serait vraiment mal venu. Elle doit surement me dévoiler un truc sombre sur la ville, un truc qui va me faire fuir.
« ton contact, Edward, c’est notre maire. »
Il me semble d’il m’en a touché un mot au téléphone. Ok, c’est le maire, et ?
« Il possède presque toute la ville »
Presque toute la ville ? A ce point ? Je sais que c’est mon propriétaire mais je n’avais pas compris qu’il possédait tellement…
« et il est un peu considéré comme un roi ici. »
Un roi… Je comprends mieux pourquoi tous les regards se sont braqués sur nous tout à l’heure.
Elle m’indique une table du regard. C’est celle que j’ai remarqué en arrivant, les ados qui travaillent. Il y a un jeune femme, environ mon âge, rousse, à la limite du rouge. A la même table ce trouvent deux adolescentes : Une aux longs cheveux blanc et lisse, l’autre les as court, noir et plutôt bouclés. Elles sont toutes les trois très belles.
« La petite aux cheveux blancs, là-bas, c’est sa fille, Helena D’Hombre. »
La jeune blonde aux couettes m’a coupé dans ma contemplation et m’envoyant une bombe. Cette charmante jeune fille, sourire aux lèvres est vraisemblablement l’orpheline d’Anastasia DuLac. Je ne l’ai pas vraiment connu mais j’ai entendu parler d’elle. Surtout de sa mort et de la petite fille qu’elle laissait à l’époque. Helena à bien grandi, c’est presque une femme à ce que je vois.
Je sens son souffle quitter mon visage avant qu’elle n’ajoute, à pleine voix cette fois :
« Si tu veux t’éclater, il y a toujours le Dolorion, maître de la décadence ! Chuck Bass est moins décadent que le patron d’ce bar ! »
Un bar, maitre de la décadence, voilà qui promet… Je pense qu’il est enfin mon tour de répondre.
« Apparemment je vais habiter tout près. Je pense donc me renseigner pour ce poste de serveuse, je suis plutôt douée. Il faut dire que j’ai pas mal fait de petit boulot par le passé. J’espère  raiment trouver un vrai pont de chute dans cette ville. Et il a l’air d’y avoir tout ce qu’il faut. »
Je laisse mon regard s’égarer sur le beau visage de la femme rousse. Elle me plait bien.
Je reviens vite à moi et poursuit :
« Pour le bar, j’espère très vite trouver de bonnes amies pour aller y faire un tour avec moi. »
J’adresse alors mon sourire le plus chaleureux et amical à la jeune femme qui se tient devant moi.



Dernière édition par Lana le Lun 29 Oct - 18:43, édité 1 fois
avatar
Lana
Bon parleur
Bon parleur

Messages : 49
Points : 985
Date d'inscription : 13/06/2018
Age : 23
Localisation : Sainte-Rosalie

Voir le profil de l'utilisateur http://la-voix-des-dolorey.forumactif.com/f86-bloc-de-lana http://la-voix-des-dolorey.forumactif.com/t26-mademoiselle-zulian-valide

Revenir en haut Aller en bas

Kate - 003

Message par Destin le Jeu 25 Oct - 17:45

Comme Fait Pour Elle
Kate & Lana
Et elle eut bien vite ce qu’elle voulait ! Le courant semblait passer à merveille, puisque la belle mademoiselle Zulian sembla comprendre presque instantanément ce que Kate attendait.

« Apparemment je vais habiter tout près. »

Oho ! La beauté exotique va donc aussi habiter tout près de chez Kate, puisque celle-ci n’habitais pas nomplu très loin du Paisible.

« Je pense donc me renseigner pour ce poste de serveuse, je suis plutôt douée. »

Etait-ce vraiment une bonne idée de lui en avoir parlé ? L’amour et le travail, ça marche pas toujours bien ensemble… quoi que cul et boulot, c’est le pied ! Mais… elle est beaucoup trop jolie, et elle connaît le roi… elle risque de se faire un max de pourboire !

« Il faut dire que j’ai pas mal fait de petit boulot par le passé. »

Ah oui ? Et pourquoi ça ? Où est Loïs quand on a besoin de lui ! Il faudrait qu’ils s’arrangent pour communiquer par oreillette, lui et Kate. Elle enrageait de ne rien savoir sur la pauvre petite Zulian alors qu’elle avait besoin d’information. Elle savait, pourtant, qu’à la minute où elle entrerait en pause, elle serait en mesure d’avoir son CV complet et une biographie assez détaillée. Mais elle n’était pas encore en pause, et Loïs était encore en pleine enquête, et hors de portée de voix discrète.

« J’espère vraiment trouver un vrai point de chute dans cette ville. »

Donc elle a l’habitude de bouger ? Ou elle a peur de pas tout de suite trouver sa place après avoir trouvé Papa Maman ? Ou un point de chute signifie l’amour de sa vie ? Hum… énigmatique. En tout cas, elle pensait rester, et c’était bien. Personne n’aimait les habitants éphémères, à Sainte Rosalie.

« Et il a l’air d’y avoir tout ce qu’il faut. »

Absolument tout. Charles s’en est assuré avant de confier Sainte Rosalie à Edward, et Edward s’en assure toujours. Selon eux, la ville pourrait même être indépendante un petit bout de temps, en cas de besoin. Enfin, elle l’est, une fois tous les cinq ans, quand on nous cloître à l’intérieur. Oups ! Voilà une chose qu’elle aurait peut-être dû savoir ! Bah, elle aura toujours le temps de l’apprendre…

Enfin bon. Elle regarde vers la table d’Helena. Elle a l’air intéressée par la petite adolescente. Bon. Plusieurs options s’offrent à nous : 1- Elle est pédophile. 2- Elle est de la famille plus ou moins proche. 3- Elle n’a pas réalisée qu’Helena n’a que quinze ans. 4- Elle se dit qu’avec des gênes pareils le père est trop sexy. 5-Elle se dit qu’avec des gênes pareils la mère est trop sexy. 6-Elle cherche à savoir qui sont Charlotte et le monstre de Sainte Rosalie. 7-Elle bave sur Charlotte.

En tout cas, ça ne dure pas assez longtemps pour qu’une huitième possibilité émerge, puisqu’elle revient assez vite à la conversation.

« Pour le bar, j’espère très vite trouver de bonnes amies pour aller y faire un tour avec moi. »

Hum… Bonnes amies ? C’est une invitation à devenir plus proche ou une bonne vieille friendzone ? Ileana sourit à Kate, finissant de la perdre.

« Ce serait un plaisir de…
_Python ! Ta commande ! »

La voix d’Albert le tyran coupe court à la conversation, sans manquer de faire sursauter la pauvre Kate. Il était temps de partir, de faire son boulot. Le temps était passé plus vite que prévu, alors qu’elle discutait avec la beauté exotique. Comment partir avec classe, maintenant ? Si elle s’attardait en formule, Albert le tyran allait la chercher par le col de la chemise. Etre traité comme une ado, mine de rien, c’est un tue-l’amour très efficace. A moins que, comme prévu, Ileana soit pédophile.
« Excusez-moi mademoiselle. »

Enfin, Kate s’effaça, allant chercher son plateau de chocolats chauds et son assiette de cookies pour la patronne et ses invités.
avatar
Destin
Administrateur
Administrateur

Messages : 169
Points : 2515
Date d'inscription : 11/06/2018

Voir le profil de l'utilisateur http://la-voix-des-dolorey.forumactif.com/f81-bloc-du-destin

Revenir en haut Aller en bas

Norbert - 003

Message par Destin le Jeu 25 Oct - 18:14

Comme Fait Pour Elle1097 mots
CRABE
Norbert
ZULIAN
Ileana
Et vas-y qu’on s’fait désirer, et vas-y qu’on essaye d’savoir si l’beau gosse est célib’. Rah les p’tites jeunes en chien, c’est l’pire de tout ! Elle est trop facile en fait, j’me la f’rait pas. Et puis, j’suis au taf, avec un gros poisson, ce s’rait pas pro. Ouais, voilà, ça c’est une bonne excuse.

« Employé ! »
« Chauffeur… »

Elle a parlé, j’ai grommelé. Il lui arrive quoi à la p’tite princesse moderne ? J’ai été gentil avec elle et tout et elle fait sa d’moiselle distingué ? Genre, « comment pourrait-il être aut’chose que mon domestique » ? Pff…

« Et mal préparé »

Quoi ? Merde ! Si elle pète des cables comme ça d’vant l’bosse, j’suis cuit ! ‘Faut pas elle dise des trucs pareils ! J’ai fait quoi, moi ?

« Puisqu’il n’a toujours pas compris que je ne suis pas mariée et qu’il est donc très mal venu de m’appeler « m’dame » »

J’veux bien t’aime pas tu t’sentes vieille mais pète pas des câbles au moins ! D’où tu t’fou d’ma façon d’parler p’tite ? Moi j’passe pas quatre heure à décider c’que j’vais dire ! Et comment j’aurais pu d’viner t’es pas une m’dame mais une ma’m’zelle ? Hein ? Comment ?

Vas y ça m’a saoulé ! Les p’tites princesses parfaites c’est trop relou ! L’patron va m’en vouloir à mort maint’nant ! Et l’augmentation, t’y pense ? Comment j’vais ach’ter call of à mon n’veu, maintenant ? Espèce de tebé ! Put*** j’en ai ma claque des gosses de riche ! Bref. Garde ton calme Norbert. Pense aux jeux vidéos qu’tu pourras t’payer. Ouais. P’tète qu’elle va changer d’avis. C’est ça, reste positif. Améliore le service, frère. Elle peut pas rester insensible aux p’tits trucs. C’est une princesse moderne, t’as juste à faire gentleman et ça passe. Ouais.

« Désolée de vous déranger dans votre travail pour vous demander ça mais… Y-a-t-il quelque chose que vous pouvez me dire sur le coin avant que je ne pose définitivement mes affaires ? Et, plus important encore, où je peux trouver un emploi sympa ? »

Et voilà. J’fais l’mec sympa, j’suis à l’heure, j’fais tout bien et tout, enfin j’suis juste pas un devin pour savoir qu’elle a pas d’mari, et j’me prend des « tu taf mal ». Alors qu’la p’tite minette blonde qui s’y croit trop, on lui parle comme à une p’tite princesse. Vas y c’pas juste ! Bref.

La p’tite avec un cul d’rêve pointe un panneau à l’entrée.
« Bah, on cherche une serveuse pour nous éviter de bosser quarante heure par semaine. »

Elle sourit, comme si on bossait vraiment quarante heures pas semaine, dans l’trou du cul des bourges. Nan, mieux : comme si on avait vraiment b’soin d’bosser, dans l’trou du cul des bourges. Mon œil. Fais pas ta victime !

Et maintenant elle se penche en mode mystérieuse. Sérieux quoi, c’est quoi cette façon d’draguer ?

« Et pour ce que tu dois absolument savoir… ton contact, Edward, c’est notre maire. Il possède presque toute la ville et il est un peu considéré comme un roi ici. »

Ah ouais ! J’savais qu’on allait dans l’trou du cul du monde, mais à c’point ! Sérieux ? Ils croient leur maire c’est un roi ? La bonne blague. Wah. J’en peux plus. Je vais péter des cables. J’suis passé par un portail temporel. Les gars vivent au moyen âge, ils servent des p’tits gâteaux avec leur café et après, ils veulent que j’les prennent au sérieux ? On est pas dans un roman de Lewis Carroll, qu’je sache ! Merde !

La serveuse pointe une table avec trois nana qui révisent.

« La petite aux cheveux blancs, là-bas, c’est sa fille, Helena D’Hombre. »

Et après on va me dire que tout le monde l’appelle vraiment « princesse ». La blague. Putain, ce s’rait tordant. Pauvr’ princesse moderne. En fait, elle sait pas, mais elle vient d’entrer dans une secte de dégénérer, obligé ! Avec l’pensionnat pour enfant à problème pétés de thunes, j’aurais dû piger. Pauv’ p’tite… tu sais pas où tu mets les pieds… ça pue la merdre autant qu’ça pue l’trou à riche, ici.

Et la p’tite blonde se lève en mode innocence, comme une p’tite ingénue. Elle sourit à pleine bouche et balance normalement, comme si elle venait pas du tout d’murmurer :

« Si tu veux t’éclater, il y a toujours le Doloruon, maître de la décadence ! Chuck Bass est moins décadent que le patron d’ce bar ! »

Un bar décadent ? C’est mignon. Comme si on savait ce que « décadence » signifiait, dans l’trou du cul des bourges.

« Apparemment je vais habiter tout près. Je pense donc me renseigner pour ce poste de serveuse, je suis plutôt douée. Il faut dire que j’ai pas mal fait de petit boulot par le passé. J’espère vraiment trouver un vrai point de chute dans cette ville. Et il a l’air d’y avoir tout ce qu’il faut. »

Toi, t’as entendu quand elle parlé du bar. Parce que, princesse moderne ou pas, on kiff tous s’retourner la tête, pas vrai ? Mouais, c’est une bien ma p’tite princesse moderne, même si son grand truc c’est d’vivre au milieu des bourges moyen-âgeux… Elle doit avoir ses raisons, la d’moizelle.

« Pour le bar, j’espère très vite trouver de bonnes amies pour aller y faire un tour avec moi. »

Dis lui tout d’suite qu’t’es désespérée et seule au monde ! Raaah, les princesses modernes, elles y connaissent vraiment rien à la street cred ! Ils faut des potes, mais pas des potes qu’on pitié de toi ! M’enfin, p’tite princesse, j’pensais qu’tu valais mieux qu’ça !

« Ce serait un plaisir de…
_Python ! Ta commande ! »

Et boom ! Dans les dents de d’la blonde ! Le mec lui donne un ordre elle sursaute. Voilà, j’savais t’étais une soumise…

« Excusez-moi mademoiselle. »

Vas-y ! Va donc bosser, au lieu d’parler. Bref. Calme-toi, Norbert. C’est qu’une gosse.

« Alors, ma’m’zelle, vous aimez Sainte Rosalie ? »

En appuyant sur son ma’m’zelle, j’lui fais écho. J’espère elle va aimer l’humour. Mouais, ça fait rattrapage. Carrément. Ouais. Et puis, ça fait mec qui parle, genre j’suis pas juste une statue. Elle pourra dire à ses copines à 3 millions que « son aventure avait un côté humain », qu’elle a pu « faire connaissance avec des gens du quotidien ». ça doit faire sensation, dans une soirée pyjama entre princesse moderne...
avatar
Destin
Administrateur
Administrateur

Messages : 169
Points : 2515
Date d'inscription : 11/06/2018

Voir le profil de l'utilisateur http://la-voix-des-dolorey.forumactif.com/f81-bloc-du-destin

Revenir en haut Aller en bas

Nora - 001

Message par Destin le Sam 27 Oct - 0:00

♥️
Comme Fait Pour Elle
ft. ZULIAN Ileana
C’était un dimanche normal de Septembre. Depuis la rentrée, Nora était au lycée, mais rien n’avait vraiment changé par rapport au collège. Dylan continuait de la martyriser, l’SVT semblait être enseignée en chinois et tout le monde susurrait au sujet des rumeurs sur son pouvoir. Comme toujours, les cours jetaient un froid autour d’elle, un froid littéral. En tout cas, leur routine week-end n’avait pas changé. Elles allaient toujours prendre le petit déjeuner au paisible, avec Helena et Charlotte, pour faire leurs devoirs.

Elles étaient donc réunies autour de trois tasses de thé vides, de leurs assiettes à biscuits, vides aussi, et d’une pile de devoirs, qui étaient en cours. Nora mâchonnait tranquillement son crayon à bois, tandis qu’Helena laissait danser sa plume pour dessiner ses lettres. Dessiner ? C’était encore trop faible. Elle était de ces gens étranges qui confondaient écriture habituelle et calligraphie. Personne n’écrivait mieux qu’elle, à Sainte Rosalie.

Enfin, alors que tout se passait bien et en paix, la tablée se figea. Quelque part dans le restaurant, on venait de dire « D’Hombre ». ça aurait pu paraître normal n’importe où, mais pas à Sainte Rosalie. Pourquoi ? Parce que c’était le nom de famille d’Helena, le nom de famille de ceux qui veillaient sur Sainte Rosalie depuis sa fondation, le nom de famille d’Edward D’Hombre, celui que tout le monde appel « le Roi de Sainte Rosalie ». Tout le monde se retourna vers l’origine du mot, vers le coupable.

C’était une jeune femme au teint halé et aux yeux violets. Elle avait de longs cheveux marron, lisses et brillants. Sa voix était presque celle d’un homme :

« Enfin, si on demande Ileana ZULIAN, c’est moi. »

D’instinct, Nora se tourna vers ses deux amies. Entre Helena D’Hombre et Charlotte DuLac, l’une des deux avait forcément entendu parler d’elle. Sinon, c’était sûrement qu’elle n’en valait pas la peine. Charlotte répondit à mi-voix, après une petite hésitation :

« Mes parents connaissent les siens. On peut dire que nos familles se connaissent… de longue date. »

Ce genre de silence prolongé signifiait souvent que tout ça avait un rapport avec les pouvoirs. C’était des choses sur lesquelles Edward et Charlotte savaient plus que les autres. Pourtant,  ils n’osaient jamais en parler, comme si une voix d’ailleurs les en empêchaient.

D’un regard bref, Nora regarda à nouveau. Elle était servie par Bélinda, la petite maladroite. Kate servait une autre table, mais les regardait avec avidité. Elle allait certainement tenter de séduire cette fameuse Ileana. Enfin, ça paraissait assez évident à Nora.

La parenthèse se referma aussi vite qu’elle s’était ouverte, et le petit groupe se remit au travail, attendant leurs cookies avec une impatience contrôlée. Les maths, la physique-chimie et même l’SVT furent terminés assez vite, si bien que Charlotte dut faire un signe à Albert. Comme prévu, Kate était allé flirté. Et, comme à chaque fois qu’elle flirtait, elle avait oublié toute autre occupation, comme servir ses cookies à Nora, par exemple.

En un instant, le problème fut résolu et les cookies arrivèrent.
« Qu’est-ce que cette femme peut bien vouloir à mon père ? »
Charlotte sourit.
« Pour une fois que tu étais concentrée sur tes cours… tu n’as pas entendu ? »
La grimace d’Helena répondit d’elle-même.
« Eh bien, elle va vivre dans une de ses propriétés. »
Le visage de la princesse s’illumina soudain.
« Oh ! Je vois. Ce n’est donc qu’une simple locataire. »
Un sourire mesquin se dessina sur son visage. Elle semblait ravie de garder sa supériorité, en quelque sorte.
« Tu sais où elle va habiter ? »
La peur battait trop fort dans le cœur de Nora pour qu’elle se taise. Elle avait beau être amie avec la famille de Charlotte, l’idée qu’un nouvel habitant s’installe avait toujours eu le don de stresser Nora. Elle avait toujours peur que cette personne s’en prenne à elle, le monstre de Sainte Rosalie. Et puis, à part Anastasia et Charlotte, Nora n’avait pas connu de DuLac. Elle savait simplement qu’ils avaient abandonnés leur fille, sous prétexte qu’elle avait épousé un homme qu’ils n’aimaient pas. Et pourtant ! Edward D’Hombre était un homme fabuleux.
avatar
Destin
Administrateur
Administrateur

Messages : 169
Points : 2515
Date d'inscription : 11/06/2018

Voir le profil de l'utilisateur http://la-voix-des-dolorey.forumactif.com/f81-bloc-du-destin

Revenir en haut Aller en bas

Lana RP 5

Message par Lana le Lun 29 Oct - 19:32

Comme fait pour elle

526 mots
Mes dialogues
Les dialoges d’Helena
Les dialoges d’Albert
Les dialogues de Kate
Les dialogues de Norbert

Je venais de lancer une invitation à la demoiselle blonde ? Mais je deviens folle ? Je sais bien que j’ai de quoi séduire facilement mais tricher de cette façon pour obtenir des informations ne me ressemblais vraiment pas ! Elle commençait à ouvrir la bouche :
« Ce serait un plaisir de… »
Et là, sauvé par le gong ! Son supérieur lui fait une réprimande :
« Python ! Ta commande ! »
Vue le ton qu’il emploie il ne rigole vraiment pas… Mais de ce que j’en sais, le restaurant appartenait à la femme d’Edward avant qu’elle ne décède dans ce tragique accident. Appartient-il toujours à Edward ? Ou est-ce la famille d’Anastasia qui l’a récupéré ? Pendant que mes pensé défiles, Les taches de son sur ces joue ce déplace quand elle articule des excuses avant de s’en aller. Quoi qu’il en soit, est-ce vraiment une bonne idée d’habiter chez lui et de travailler pour des gens proche de lui ? Si je rencontre le moindre problème avec monsieur D’HOMBRE ça risque de me coûter, non seulement mon appartement, mais aussi mon emploie…
Je recule sur ma chaise, je suis sur le point de me lever quand mon chauffeur s’adresse une nouvelle fois à moi :
« Alors, ma’m’zelle, vous aimez Sainte Rosalie ? »
Par les yeux rouges…. Il se force à faire la discussion là ? Il veut me prouver qu’il n’est pas vexé en essayant de reprendre mon humour ? Parce que ça ne marche pas, j’ai horreur de ça… Mais bon, je suis sûr que ça part d’une bonne intention. Alors, poliment, je lui adresse une sourire, fini de me lever et lui répond, en commençant à me diriger vers l’entrer :
« Absolument ! C’est tout à fait l’endroit dont j’ai entendu parler ! »
J’ai tellement hâte de découvrir le secret que renferme cette ville mystique… En marchant vers le panneau d’affichage de l’entrer, je passe près de la table d’étude et j’entends la jeune Helena :
« Oh ! Je vois. Ce n’est donc qu’une simple locataire. »
Le ton qu’elle emploie montre du soulagement. Ce qui ne manque pas de m’interpeller, elle ne me connaît pas mais on dirait qu’elle me déteste déjà. Je prends donc la décision de me diriger vers elles. En arrivant exactement à leur hauteur, je prends une grande inspiration Et commence :
« Bonjour, désolé de vous déranger, j’ai cru comprendre que la princesse D’HOMBRE est à cette table. Entant que nouvelle habitante de cette charmante ville, je me suis sentie le devoir de venir me présenter. »
Sur ces belle paroles je leurs adresse une légère révérence et me présente :
« Je me nomme Ileana ZULIAN, de la famille ZULIAN de Genova en Italie. Gênes en français. Je vais habiter dans un des nombreux appartements de monsieur D’HOMBRE. Je suis ravie de faire votre connaissance. »
Je lui adresse un sourire en attendant une réponse. J’ai extrêmement peur de sa réaction. La famille D’HOMBRE est maitresse de cette ville. Je me dois d’être acceptée par la princesse. Si ses deux charmantes amies m’acceptent aussi, je serais comblée.



Dernière édition par Lana le Jeu 1 Nov - 1:45, édité 1 fois
avatar
Lana
Bon parleur
Bon parleur

Messages : 49
Points : 985
Date d'inscription : 13/06/2018
Age : 23
Localisation : Sainte-Rosalie

Voir le profil de l'utilisateur http://la-voix-des-dolorey.forumactif.com/f86-bloc-de-lana http://la-voix-des-dolorey.forumactif.com/t26-mademoiselle-zulian-valide

Revenir en haut Aller en bas

Helena D'Hombre - 001

Message par Destin le Mer 31 Oct - 19:18

La matinée avait déjà bien avancé. A ce rythme, on aura terminé assez tôt pour avoir le temps de nous promener, de profiter du week end. Bientôt, l’hiver serait là. Je serais prise tout le temps, entre mes devoirs de princesse, le lycée, l’épée, la danse et la patinoire. Les enfants envieux afflueront à toute heure. Je devrais assurer mon rôle de fille unique, beauté froide et parfaite, chef d’œuvre de la grande dynastie des D’Hombre. Comment mon incapable de père pouvait-il penser à m’agiter une idiote sous le nez en cette période cruciale ? Pourquoi l’emmener dans mon endroit, à mon moment ? Que cherchait-il à faire ? A forcer la rencontre ? C’était impensable. Une femme aussi simple ne pouvait pas faire Monsieur le roi se déplacer jusqu’ici. Il ne le faisait même pas pour sa fille…

Maths, Physique-Chimie, SVT : tout était terminé et compris. Nora allait avoir une moyenne parfaite. Elle entrerait en S avec moi. Elle n’avait pas d’autre choix… On devra faire en sorte d’être les meilleurs. Quand le journal commencera à afficher le top 3 de chaque classe, on y sera. Elle n’a pas le choix. Je n’ai pas le choix. Je dois être entourée de perfection. Maman sera fière, là où elle est...

Je ne suis plus une pauvre humaine ! Je vais y arriver ! Peu importe qui est cette femme ! Peu importe que j’aie envie d’aller vers elle ! Je sais que c’est une chose étrange… une chose qui m’est venue avec l’accident que j’ai oublié… je sais que c’est faux. Maintenant que je suis humaine, je dois prouver que je vaux mieux que tout ça. Je dois taire ma curiosité. Je dois taire mes peurs, taire mes pleurs. Tout ça ne me servira pas à être numéro 1. Tout ça ne doit pas laisser Jeanne me dépasser !

« Qu’est-ce que cette femme peut bien vouloir à mon père ? »

Trop tard. Après tout, Charlotte est ma tante. Elle doit me comprendre… et Nora est ma meilleure amie. Oui, je ne dois pas forcer mon silence, c’est idiot.

« Pour une fois que tu étais concentrée sur tes cours… tu n’as pas entendu ? »

Elle s’est trahie ? Vraiment ? Quelle idiote ! Je l’ai manquée à force de penser trop vite ! Il faut dire que trouver un moyen de réexpliquer le cours à Nora n’est pas si simple… mais je connais Charlotte. Elle va finir par me dire qui est cette mystérieuse Ileana.

« Eh bien, elle va vivre dans une de ses propriétés. »

Vraiment ? Ce n’est pas une autre provocation ? Elle n’est pas là pour me déconcentrer ?

« Oh ! Je vois. Ce n’est donc qu’une simple locataire. »

Une lumière s’est allumée en moi. Elle n’est rien. Elle ne se mettra pas sur mon chemin. Tout va bien. Je ne craindrais jamais rien d’une simple locataire. Attendez… Qu’est-ce qu’elle vient faire à notre table, si elle n’est rien ? Peut-être que… et si c’était une amie ? Et si elle allait amener le père inutile et démissionnaire ici ? Il pourrait se déplacer… pour elle ?

« Bonjour, désolé de vous déranger, j’ai cru comprendre que la princesse D’HOMBRE est à cette table. »

La princesse D’Hombre… Je suis princesse de Sainte Rosalie… Je n’ai pas la prétention de commander les D’Hombre… Charles ne nous a laissé que la petite ville… évidemment, il voudrait que je n’en hérite pas… mon titre de princesse, c’est juste que… Edward est mon père. C’est une triste fatalité. Cet incapable. Cet être ignoble. Je ne peux même pas le regarder dans les yeux ! Je le hais ! Pourquoi il a fallu qu’il soit mon père ? Pourquoi il a fallu qu’on me le rappelle, encore et encore ?

« Entant que nouvelle habitante de cette charmante ville, je me suis sentie le devoir de venir me présenter. »

Le devoir ? Soufflé par Edward ? On peut l’entendre jusqu’ici, à travers sa révérence : « je reste ton père, tout le monde s’en est rendu compte, sauf toi ». Maman… pourquoi tu m’as laissé seule avec lui ? Pourquoi tout le monde me prend pour une princesse ? Calme-toi. Penses à ta mère. Elle aimait voir la parfaite princesse que tu faisais, pas vrai ? Pense à Papy Charles. Il aime toujours te voir exceller, toutes les dépasser… et Théodore. Il serait détruit, si son dernier pilier tombait. Tu dois te battre, Helena. Lève la tête et regarde ton adversaire. Les Zulian sont d’Italie. Ils n’ont aucun pouvoir dans ta ville.

« Je me nomme Ileana ZULIAN, de la famille ZULIAN de Genova en Italie. »

Tu connais les Zulian. Certains étaient là, quand on a enterré maman. Edward te l’as dit. Oui, je connais les Zulian. Ils gouvernent une jolie ville. Ils ne naissent jamais en Italie. Ils aiment l’art et la droiture. Ils sont proches des traditions. Ils sont pleins de secrets. Ce sont des gens très intéressants. Mais ils n’ont aucun pouvoir implanté en France. C’est difficile de conquérir, quand on n’est pas à domicile. Elle n’a aucune chance, face à la princesse de Sainte Rosalie.

« Gênes en français. »

Tu me prends pour une idiote ? Peu importe. Je demanderais à Sasha de me payer des leçons d’Italien. Une princesse qui ne parle que trois langues, ce n’est pas vraiment crédible. Je dois être prête à me battre. Elle vient aussi d’une grande famille, elle saura se défendre. Je dois être parfaite cet hiver, plus parfaite que jamais.

« Je vais habiter dans un des nombreux appartements de monsieur D’HOMBRE. »

Elle est indépendante, mais peu importe. Je suis riche. Je vais gagner. Je dois gagner. Sainte Rosalie est ma ville. Je me fiche que tu sois une amie de mon père ! C’est un idiot ! Il est ignoble ! Il ne mérite pas cette ville ! J’en prendrais mieux soin que lui ! Peu importe que je sois une fille ! Peu importe que je sois une enfant ! Tu es chez moi, et tu ne me voleras pas ma lumière. Théodore m’a appris à me défendre, petite. Tu ne sais pas à qui tu fais face.

« Je suis ravie de faire votre connaissance. »

Elle sourit. Elle paraît incroyablement calme. Comme moi, par ailleurs. Même Charlotte n’a pas dû voir comme je boue. Mon cœur s’accélère. Je le sens battre dans ma tête, je l’entends. Une autre princesse a atterri dans mon royaume. Je devrais être enragée… je devrais la haïr… me battre avec haine… alors pourquoi j’ai envie de rire ? Pourquoi je me sens si bien ?

Peu importe. Les apparences doivent rester prioritaires. Je me lève donc avec adresse et lui présente ma meilleure révérence. Je serais plus parfaite que toutes les princesses que tu auras pu connaître, Zulian. Je serais plus belle encore. Je serais parfaite, simplement.

« Le plaisir est partagé, mademoiselle Zulian. »

Mon sourire ne laisse pas du tout entrevoir la compétition qui se prépare. Pourtant, une Zulian devrait le comprendre. Après tout, c’est aussi une éminente famille, n’est-ce pas ? Je suis entrée en compétition en retard. Même mon cousin ignore ce que je suis devenue, pourtant, je serais la pire adversaire que tu n’aies jamais eu à affronter, Zulian.

« Pourquoi ne vous joindriez-vous pas à nous, un petit moment ? »

Charlotte me jette un regard mi-inquiet, mi-surpris. Elle a compris. Elle sait que je ne ris pas.

« Ainsi, nous pourrions faire plus ample connaissance. »

Et je pourrais savoir si nous nous sommes déjà rencontrés.
Comme Fait Pour Elle
avatar
Destin
Administrateur
Administrateur

Messages : 169
Points : 2515
Date d'inscription : 11/06/2018

Voir le profil de l'utilisateur http://la-voix-des-dolorey.forumactif.com/f81-bloc-du-destin

Revenir en haut Aller en bas

Lana RP 6

Message par Lana le Jeu 1 Nov - 1:45

Comme fait pour elle


312 mots
Mes dialogues
Les dialoges d’Helena

Je lui ais sourit. Je lui ai adressé ma plus belle révérence. Je me suis présenté dans les formes pourtant j’ai la net impression que j’ai très mal fait. Malgré tout, elle me répond, et, avec le sourire.
« Le plaisir est partagé, mademoiselle Zulian. »
Mademoiselle ZULIAN… J’ai été bien trop formelle c’est sûr. Je débarque chez elle et elle n’était peut-être même pas au courant. Les yeux rouges savent que les parents cachent bien trop à leurs enfants…
« Pourquoi ne vous joindriez-vous pas à nous, un petit moment ? Ainsi, nous pourrions faire plus ample connaissance. »
Je suis tout à coup extrêmement stressé et elle doit le voir. Je ne veux pas être la jeune femme de bonne famille, plus maintenant, plus ici, pas avec elles. Et là, il m’arrive quelque chose d’assez étrange, le me met à bégayer :
« Je… Euh.. N… Non… Je… Euh… J’ai un… Euh… je déménage… Euh… Emménage… »
Reprends-toi Ileana ! Tu ne peux pas parler comme ça à la princesse…
Alors, je reprends brièvement mon souffle et articule à nouveau correctement.
« Je ne voudrais surtout pas vous déranger, vous devez avoir des tonnes de choses à faire. Moi il faut encore que je débarrasse tous mes cartons du camion, que je monte des meubles et que je trouve un travail pas trop loin. D’ailleurs, on m’a dit que le Paisible recrutait, justement, au service en plus ! Ça m’intéresse énormément donc il faut que j’aille me vendre avant qu’on me prenne la place. »
Tout est sorti relativement vite et voilà que je me suis mise à trop parler… Elle ne va plus du tout me prendre au sérieux c’est sur… Mon dieux ce que cette tablé peut me mettre la pression… Mon regard se dirige légèrement vers la rousse mais reviens très vite à la princesse de Sainte-Rosalie.

avatar
Lana
Bon parleur
Bon parleur

Messages : 49
Points : 985
Date d'inscription : 13/06/2018
Age : 23
Localisation : Sainte-Rosalie

Voir le profil de l'utilisateur http://la-voix-des-dolorey.forumactif.com/f86-bloc-de-lana http://la-voix-des-dolorey.forumactif.com/t26-mademoiselle-zulian-valide

Revenir en haut Aller en bas

Helena D'Hombre - 002

Message par Destin le Lun 5 Nov - 3:06

Et je pourrais préparer un plan d’attaque. En plus, elle a l’air d’être touchée. Je l’ai eue. Personne ne résiste jamais à Helena D’Hombre, de toute façon. Mon père est roi, quoi qu’en diront les autres personnes, quoi qu’en diront les citadins. En tant que sa fille, je suis une princesse. Je viens de la famille D’Hombre, des démons. Je ne connais aucune défaite. Tu le sais. Ça se voit. Tu as peur… tu es morte de trouille face à une collégienne ? Le jeu n’en vaudra pas la chandelle… mais, si je ne m’en prend pas à toi, mon père risque de remplacer maman… elle ne mérite pas d’être remplacée par un simulacre d’Italie !

« Je… Euh… »

Un simulacre qui n’est même pas capable de parler… je suis déçue… il faudra que j’appelle Théodore, qu’on se moque des Eminentes Familles Italiennes ensembles…

« N… Non… »

On ne me dit jamais non. Les idiots qui vivent dans des villes ordinaires doivent l’ignorer mais… on ne refuse pas l’invitation d’une princesse !

« Euh… J’ai un… Euh… »

Euh… je cherche une excuse pour fuir… euh… pathétique ! J’aurais aimé avoir une adversaire à ma taille… mais les italiennes n’ont aucune prestance…

« je déménage… euh… emménage… »

Elle ne sait plus ce qu’elle dit ? Qu’est-ce qui la perturbe autant ? Etre séparée cinq pauvres minutes de papa maman ? Elle est encore plus ridicule que prévu. La détruire prendra deux jours, grand maximum… j’appellerais mon cousin bientôt. Pas Théodore… il me faut un vrai D’Hombre… quoique… peut-être que Damien… non ! Damien trouvera ça mal… c’est un faux DeLameyth…

« Je ne voudrais surtout pas vous déranger, vous devez avoir des tonnes de choses à faire. »

N’est-ce pas elle qui doit déménager ? Quoi que, elle a raison. Mes obligations royales vont me prendre un temps monstrueux ! Et mon incapable de père refuse de me prêter ses employés… quel père fait ça ? En même temps, on ne fait pas plus nul, sur le marché paternel… mais, au moins, il a un père intéressant. Il y a Grand-Père Charles… Il y a Charlotte, aussi… mais ce serait mieux si Papa était mort ! Je veux maman… elle était géniale…

« Moi il faut encore que je débarrasse tous mes cartons du camion, que je monte des meubles et que je trouve un travail pas trop loin. »

Trouver un travail ? Elle n’est donc pas là au compte des Zulian ? Ce n’est pas une tentative inutile de conquête de mon territoire ? Pourquoi elle est là ? Ne me dites pas qu’elle tient à rester ? Elle veut vraiment me parasiter ? Qu’est-ce que je vais faire… ? Il faut que je parle à Loïs ! Sur le champ !

« D’ailleurs, on m’a dit que le Paisible recrutait, justement, au service en plus ! »

Elle se sert de moi pour faire de la lèche à Tante Charlotte ? Quelle honte ! Elle ne mérite pas son nom de famille ! Vraiment, ils font quoi, en Italie ? Les Cain ne les surveillent pas mieux ? Comment ont-ils pu obtenir le titre de famille éminente ! Les Sega sont tellement… tellement prestigieux… tellement impressionnants… alors comment les Zulian peuvent-ils être… des travailleurs ?

« Ça m’intéresse énormément donc il faut que j’aille me vendre avant qu’on me prenne la place. »

Elle fait son innocente, maintenant ? Ce n’est pas parce que j’ai quinze ans que je suis stupide. Elle a dû se faire radier de son arbre… c’est ça. Sacha me le confirmera tout à l’heure… il faut que je passe au manoir ! C’est urgent… En plus elle regarde vers Charlotte. Ne peut-elle pas au moins faire preuve de discrétion ? C’est affligeant.

« Vous… est-ce que tout va bien ? »

Moi ? La rabaisser ? Noooon. Je n’oserais pas…

« Vous devriez vous assoir. Vous avez l’air perdu… »

Le regard de Charlotte m’indique qu’il vaudrait mieux que je dorme au manoir, cette nuit. Je vais m’enfuir après mes devoirs. Elle ne me criera pas dessus au restaurant… j’attendrais qu’elle ait fini sa crise de la quarantaine pour retourner la voir… que ça peut être fatiguant, des adultes avec des principes !

« Oh ! J’oubliais… »

Attention… trois… deux…. Un…

« La patronne du Paisible est juste là. »

D’un geste habile, je désigne ma tante, stupéfaite. Elle va vraiment vouloir me tuer…

« C’est Charlotte DuLac ! »

Echec et mat, petite italienne.
Comme Fait Pour Elle
avatar
Destin
Administrateur
Administrateur

Messages : 169
Points : 2515
Date d'inscription : 11/06/2018

Voir le profil de l'utilisateur http://la-voix-des-dolorey.forumactif.com/f81-bloc-du-destin

Revenir en haut Aller en bas

Jeremiah Bijoutier - 001

Message par Destin le Lun 5 Nov - 3:39

BIJOUTIER Jeremiah
Je suis sensé aider Edward… je crois.
Comme Fait Pour Elle
J’ai eu un mail. Un mail ? Sérieusement ! Il pourrait me le demander en face… enfin. C’est Edward, il doit être occupé…. Mais… rien que de penser que Sacha a écrit ce mail, qu’il n’a même pas prit le temps de demander lui-même… rah ! Ce roi m’énerve ! Pourquoi j’ai accepté, déjà ? Ah oui. Je ne peux rien lui refuser.

« Allez p’tit prince. Sors de ton carrosse ! »

Avril sourit, amusée. Elle adore se moquer de moi, il faut croire… en même temps, il y a de quoi. Moi, le petit épicier, Jeremiah… et Edward D’Hombre ! Il avait une femme… il a une fille. Je n’ai pas l’ombre d’une chance, même si Charlotte soutient le contraire…

« Vous n’avez aucun ordre à me donner, cochet ! »

Elle éclate d’un rire en feu d’artifice. Elle est comme ça, Avril. Enfin, je sors et claque la portière. La voiture s’éloigne doucement, emmenant ma colocataire au loin. Je regarde vers Tintallë. Ça fait tellement bizarre, de la voire debout, de jour, dehors, toute habillée. Ses cheveux… ses yeux… wah… je ne sais pas comment elle fait mais… c’est la seule femme que j’ai jamais aimée… mais… en même temps… je ne l’aime que quand je me plonge dans ses yeux…

« Heu… On… »

Je n’arrive plus à parler… comme avec Edward. Mon visage chauffe. Merde ! Je vais passer pour un fragile !

Replis stratégique !

Je prends les devants pour aller au paisible, mais me fige devant.

Oh.

C’est Helena, dans le paisible ? La fille, avec elle, … c’est… je ne la connais pas. C’est la fameuse nouvelle ? Si Helena lui parle, je ne devrais pas… enfin…

« On va se prendre un croissant à la boulangerie ? Je crois qu’on est en avance… »

Je ris nerveusement et, l’interrogeant du regard, je me fais encore avoir. En même temps, il faut dire qu’elle est d’une beauté incomparable…
avatar
Destin
Administrateur
Administrateur

Messages : 169
Points : 2515
Date d'inscription : 11/06/2018

Voir le profil de l'utilisateur http://la-voix-des-dolorey.forumactif.com/f81-bloc-du-destin

Revenir en haut Aller en bas

Lana RP 7

Message par Lana le Jeu 8 Nov - 4:39

Comme fait pour elle


397 mots
Mes dialogues
Les dialoges d’Helena

Elle m’écoute parler avec un sourire oppressant. Elle fait la polie mais il est claire qu’elle me juge. Elle me défie du regard mais je ne vais pas me laisser faire. En regarder sa camarade à la chevelure de feu, je remarque un regard de braise adressé à la jeune princesse. Elle n’apprécie gère le jeu de la jeune fille et va sans nul doute le lui exprimer plus tard. Soudainement, Helena prend une mine affligée pour l’adresser à moi. Elle ne réussira pas à me prendre de haute. Je suis plus âgée et plus expérimentée qu’elle.
« Vous… est-ce que tout va bien ? »
Je reprends alors une posture de reine. C’est sûr, cette fois c’est moi qui la toise.
« Très bien princesse. Et vous ? Vous avez l’air ailleurs subitement. »
Piqué au vif ! Je suis gentille ma puce mais ne t’en prends pas à moi ou tu vas le regretter. Je suis joueuse et j’ai plus d’expérience que toi dans la chasse à la princesse. J’ai défiées mes sœurs et cousines et j’ai toujours gagnée tant que je le voulais.
« Vous devriez vous assoir. Vous avez l’air perdu… »
Moi perdu ? Oui c’est sûr mais tu ne le verras en aucune façon.
« Ma princesse, »
Et oui ma belle, je m’installe pour de bon !
« je n’ai vraiment pas le temps pour vos mondanité. J’ai quitté le confort de mon domaine familiale il y a maintenant 5 ans, il est bien trop facile de se reposer sur sa famille pour construire un empire. Je construis donc ma propre route et je n’ai pas le temps de jouer à la princesse avec vous. J’ai décidé de m’assumer seule. Je suis donc au regret de décliner votre offre et de retourner à mes occupations de femme du peuple. »
Voilà petite princesse ! Maintenant que les choses sont claires je vais m’en aller.
« Sur ce, comme je vous l’ai indiqué plus haut, j’ai une montagne de choses à faire aujourd’hui. J’espère vous recroiser »
Mon regard sur perds sur les yeux turquoise de la femme qui semble en vouloir à Helena.
« et que nous pourrons êtres amies. Après tout, on a surement plus en commun qu’il n’y semblerait. »
Sur ces magnifique parole je leurs adresse une nouvelle révérence et tourne des talons vers le panneau d’affichage.

avatar
Lana
Bon parleur
Bon parleur

Messages : 49
Points : 985
Date d'inscription : 13/06/2018
Age : 23
Localisation : Sainte-Rosalie

Voir le profil de l'utilisateur http://la-voix-des-dolorey.forumactif.com/f86-bloc-de-lana http://la-voix-des-dolorey.forumactif.com/t26-mademoiselle-zulian-valide

Revenir en haut Aller en bas

Tintallë Thalos Poste 1

Message par Tintallë Thalos le Mer 14 Nov - 22:52

Comme fait pour elle
Tintallë a travaillé toute la nuit au Dolorion. Après son service elle a encore aidé à tout ranger, tout le monde travail un peu plus depuis la mort de Marc. Les employés veulent apporter leurs soutiens à Damien. Quoi qu’il en soit, en rentrant, miss dragueuse se retrouve nez à nez avec Jeremiah, l’un de ses quatre colocataires. Il la vit, en tenu de travaille, c’est-à-dire pas très habillé. Mais trouve le moyen de demander à la danseuse la plus sexy de son entourage de l’accompagner à un rendez-vous.
« Jeremiah… Je viens de rentrer du travail ! »
Il insista.
« Bon OK ! Mais tu me paie un café et un croissant quand on arrive au Paisible ! Je vais me doucher et on y va. »
Sur ces mots elle se dirigea vers sa chambre, y attrape des affaires propre et digne du travail qu’elle va accomplir. Une fois sa serviette dans une main et des vêtements propre dans l’autre, elle fonce rincer toute la sueur de cette longue nuit de travaille. Je vous épargne le récit de sa bonne douche chaude, de son brushing, de son brossage de dents et de son maquillage. Une fois magnifique, elle sort de la salle de bain et croise Avril qui, va vraisemblablement les déposer au paisible.
Il est huit heure cinquante-neuf quand je descends de la voiture d’Avril. Jeremiah à encore l’air d’être rêveur.
« Allez p’tit prince. Sors de ton carrosse ! »
Avril exagère vraiment mais j’adore quand elle fait ça. Elle à tout de même le mérite de ramener Jem’ à la réalité, enfin je crois.
« Vous n’avez aucun ordre à me donner, cochet ! »
Théâtrale, comme toujours ! Il sort brusquement et claque la portière. Magnifique !
Avril s’éloigne lentement. Et Le garçon ce tourne vers notre chère Tal’, il l’admire, la dévore des yeux.
« Heu… On… »
Il n’arrive même plus à articuler, il devient rouge pivoine, puis, brusquement, il se tourne vers le Paisible et commence à avancer. Se figue devant la porte, il regarde à l’interieur.
« On va se prendre un croissant à la boulangerie ? Je crois qu’on est en avance… »
En s’adressant à son amie, il se tourne pour finir par se perdre à nouveau dans son regard.
« Quoi ? A la boulangerie ? Non ! Je veux m’assoir et prendre des nouvelles des ragots auprès de Kate ! »
Elle est catégorique et avance d’un pas décidé vers lui, attrape-la poignée et pousse brutalement la porte pour entrer.
425 mots pour Lana
avatar
Tintallë Thalos
L'Ami
L'Ami

Messages : 57
Points : 1059
Date d'inscription : 12/06/2018
Age : 22

Voir le profil de l'utilisateur http://la-voix-des-dolorey.forumactif.com/f76-bloc-de-tintalle-thalos http://la-voix-des-dolorey.forumactif.com/t20-l-allumeuse-trop-aimee-valide

Revenir en haut Aller en bas

Helena D'Hombre - 003

Message par Destin le Sam 17 Nov - 15:50

« Vous… est-ce que tout va bien ? »


Moi ? La rabaisser ? Noooon. Je n’oserais pas… Et puis, elle ne se laisse pas vraiment faire, de toute façon, alors il n’y a pas de mal.

« Très bien princesse. Et vous ? Vous avez l’air ailleurs subitement. »

Tu ne m’attaqueras pas sans t’en mordre les doigts. Le froid mordant autour de nous m’indique la détresse de Nora. Charlotte, quant à elle, n’a que son regard assassin pour me dire d’arrêter. Elle pense que ce sont des enfantillages, sans doute. Elle a refusé sa richesse et sa noblesse, elle ne peut pas comprendre. J’ai le talent des D’Hombre dans les veines. J’ai de l’expérience et je joue à gagner depuis que je sais marcher. Ma mère a vaincu ses propres parents ! Je ne te laisserais jamais gagner contre sa fille !

« Tout va très bien. Vous, au contraire, avez l’air particulièrement perdue. Si vous preniez une minute pour vous installer, nous pourrions vous aider à vous y retrouver. S’installer à Sainte Rosalie, ce n’est pas toujours simple. Les choses ici ne fonctionnent pas exactement comme partout. »

Installe-toi. Vas-y, montre à ma tante que tu es venu me graisser les pattes pour obtenir le poste dans son restaurant. Tu essayes de faire quoi au juste ? De me rappeler qu’il n’est plus à ma mère ? Que ce n’est plus elle qui décide ? Que je n’ai plus mon mot à dire pour les employés ? J’en ai connu des princesses, mais elles avaient un cœur, elles ! Arrête de te comporter comme mon père ! C’est énervant ! Je ne te laisserais pas gagner. J’ai toujours le pouvoir. C’est toujours le restaurant de ma mère. Ça sera encore le mien. Tout ça est une erreur… ce restaurant sera à moi ! Saint François sera à moi ! Sainte Rosalie sera à moi ! Je n’en ai que faire que toi et cet idiot qui vit chez moi et prétend m’aimer de tout son cœur pensez ! Je me fiche que vous ne me pensez pas à la hauteur ! Je te vaincrais, je le vaincrais, et vous plierez. Si on ne m’offre rien, je prendrais tout. Tu t’es attaqué à la mauvaise princesse.

« Ma princesse, »

Ta princesse ? Je vais te faire ravaler tes mots. Je suis la princesse de Sainte Rosalie. Tu n’as pas tes clés, tu n’es pas ici. En plus, tu ne sera jamais une véritable habitante de Sainte Rosalie comme Nora ou moi. Tu seras toujours une étrangère, comme Charlotte.

« je n’ai vraiment pas le temps pour vos mondanité. »

Je crains qu’il ne faille le trouver. Je déteste attendre, vois-tu. J’ai besoin d’être sûre que tu respecteras la hiérarchie, que tu réaliseras que tu es une travailleuse étrangère et moi la princesse de cette ville.

« J’ai quitté le confort de mon domaine familiale il y a maintenant 5 ans, il est bien trop facile de se reposer sur sa famille pour construire un empire. »

Qu’essayes-tu d’entendre ? Serais-tu entrain de prétendre que je me repose sur ma famille ? Te voilà bien mal informée. Mon père est une horrible personne. Jamais on ne connaîtra plus détestable que lui. Je ne lui dois rien. Il n’a même pas pu m’offrir une place à Saint François, il me force à étudier avec les enfants de travailleur. Ma mère est morte. Ma tante est une idiote bourrée de principe. Mon grand-père n’aime pas le fait que je sois humaine. Je ne dois ma puissance qu’à moi-même.

« Je construis donc ma propre route et je n’ai pas le temps de jouer à la princesse avec vous. »

Je ne joue pas. Je n’ai jamais joué. Je suis Helena D’Hombre, la princesse de Sainte Rosalie. Je suis une princesse et vous le comprendrez tous. Vous finirez par réaliser à quel point vous vous êtes trompés. Une née humaine va vous écraser.

« J’ai décidé de m’assumer seule. »

Vivre loin de chez toi ne signifie rien ! Tu cries partout que tu es une Zulian ! Tu profites d’autant de choses que moi ! Tu es une Dolorey… tu n’es pas humaine. Tu ne sais pas ce que c’est de grandit seule. Tu ne sais pas ce que c’est d’être à un cheveu de perdre ton nom à chaque seconde de ta vie. Tu ne sais pas ce que c’est de vivre seule. Tu ne sais pas ce que c’est de perdre sa mère, cinq fois en une seule vie ! Tu ne sais pas ce que c’est d’oublier, de trahir tous tes proches ! Tu ne sais pas ce que c’est d’être moi. Tu paieras chère pour m’avoir sous-estimée.

« Je suis donc au regret de décliner votre offre et de retourner à mes occupations de femme du peuple. »

Hors. De. Question. Je n’ai pas fini. Tu penses que je vis par mon nom ? Que je ne suis personne sans ? Alors jouons. On va jouer, tu verras. Je te rendrais la vie impossible. Sache-le. Je te ferais comprendre l’enfer que je vis.

« Sur ce, comme je vous l’ai indiqué plus haut, j’ai une montagne de choses à faire aujourd’hui. J’espère vous recroiser »

Ne t’en fais surtout pas pour ça. Tu me reverras. Tu finiras par ne plus en pouvoir.

Pourquoi tu regardes Charlotte ? Mais ça suffis ! Si ton but est de m’humilier, tu es bien partie. Mais je me vengerais. Je ne te laisserais pas te servir de moi pour obtenir ton fichu emploi ! Arrêtes de faire de l’œil à ma tante ! Elle ne dirige rien ! Tout ça est à moi ! Maman aurait voulu que ça soit à moi ! Cette femme est apparue comme une fleur à la mort de Maman. Elle n’était pas là avant ! J’ai toujours été à Sainte Rosalie ! Tout ça est à moi ! A personne d’autre ! Arrêtes ton jeu stupide !

« et que nous pourrons êtres amies. Après tout, on a surement plus en commun qu’il n’y semblerait. »

Et on a quoi ? Je n’irais jamais vous graisser la patte pour obtenir le soutien de votre famille ! Je ne profiterais pas de la mort d’un de vos proches ! Maman n’aurait pas engagé une femme essayant de m’humilier de la sorte ! Charlotte n’a aucune notion de la haute société de Sainte Rosalie, alors elle se laissera faire. Mais, tant pis. Elle est de ma famille. Elle est la seule qui ne me voit pas comme une D’Hombre diminuée, alors je me battrais à sa place.

C’est quoi cette révérence ? Tu ne t’en iras pas !

« Vous semblez ignorer quelque chose, mademoiselle Zulian. »

Je ne suis même plus sûre que mon sourire est crédible. Je ne la laisserais pas me marcher dessus dans le restaurant de Maman, dans mon restaurant.

« la propriétaire actuelle du restaurant est assise à cette table, de même que son héritière. »

Là, je souris. Maman aurait voulu que je présente Charlotte convenablement, pas avec le visage crispé de haine. Alors je redeviens une parfaite poupée de cire. Je redeviens son humaine à la beauté presque irréelle. Je redeviens son imitation de Donoew, dont le pouvoir est de feindre n’importe quelle émotion.

« Charlotte DuLac, ma tante, est la femme à qui vous devez vous « vendre », à moi que je ne fasse erreur. »

Je me tourne légèrement vers Charlotte pour la désigner du regard.

« Le destin a voulu que ce soit la petite sœur démissionnaire d’Anastasia D’Hombre qui hérite de ses propriétés, et non sa fille adorée. »

Ma famille ne m’a pas offert mon pouvoir. Si tout le monde dans ce restaurant se plie à ma volonté, c’est parce que j’en ai fait mon restaurant. Et, comme j’ai volé son restaurant à ma tante, je te volerais tout. Tu n’auras d’influence nulpart. Pourquoi ? Parce que ma mère adorait chaque centimètre carré de cette ville. Elle aimait tout, ici. Alors toute cette ville sera à moi.
Comme Fait Pour Elle
avatar
Destin
Administrateur
Administrateur

Messages : 169
Points : 2515
Date d'inscription : 11/06/2018

Voir le profil de l'utilisateur http://la-voix-des-dolorey.forumactif.com/f81-bloc-du-destin

Revenir en haut Aller en bas

Nora - 002

Message par Destin le Sam 17 Nov - 16:23

♥️
Comme Fait Pour Elle
ft. ZULIAN Ileana
Mais ce soulagement ne dure pas. Elle se dirige vers nous. Le visage d’Helena se décompose, pour une seconde. Mon cœur se resserre. Helena… j’espère que tout ira bien…

« Bonjour, désolé de vous déranger, j’ai cru comprendre que la princesse D’Hombre est à cette table. »

Je ravale ma salive. Tout ça sent très mauvais. Elle vient voir Helena… ? J’engloutis un cookie pour cacher mon stress qui commence à monter. Et si… et si elle sentait le froid ? Et si elle se mettait aussi à m’appeler monstre ? Je sens mes yeux s’humidifier. Non. Helena est là, je n’ai aucune raison de pleurer, tant qu’elle est là. Elle ne la laissera pas me toucher. Chaque fois que je refroidis près d’elle, elle sort les crocs. Elle ne me laissera pas tomber.

Oh non.

Et si elle pensait que le froid venait d’Helena ?

« En tant que nouvelle habitante de cette charmante ville, je me suis sentie le devoir de venir me présenter. »

Avec un peu de chance, elle est comme la famille d’Helena, elle sait ce que c’est. J’espère… Helena me le dira, si c’est le cas. En tout cas, elle fait ça bien. Elle fait une petite révérence très mignonne. Ça se présente mieux que prévu. Oui, tout se passera bien. Helena adore qu’on la respecte ! Elle aime que les gens la voient comme la reine avant l’heure.

« Je me nomme Ileana ZULIAN, de la famille ZULIAN de Genova en Italie. »

Les gens qui se présentent comme ça viennent souvent du même genre de famille qu’Helena. J’ai entendu dire qu’ils étaient assez dangereux… Helena a toujours un truc contre ce genre de famille… quand je lui ai demandé pourquoi, elle m’a dit que sa naissance les dérangeait, qu’ils la voyaient comme une erreur, à cheval entre leur monde et le mien. Quand je vois Edward, qui refuse de la mettre à Saint François, ou dans d’autres écoles privés avec les gens comme elle, je pense que c’est vrai… il me semble avoir entendu son grand-père l’appeler « Helene l’humaine »…

« Gênes en français. »

Elle ne va pas aimer qu’on sous-estime sa culture générale. Aaaah… Helena va devenir folle… et si… et si les gens voyaient ses sceaux ? Non. Ils ne doivent pas. C’est trop dangereux. On va dire qu’elle est devenue un monstre, que je lui ai donné ma bizarrerie… elle perdra beaucoup trop. Ça ne doit pas arriver.

« Je vais habiter dans un des nombreux appartements de monsieur D’Hombre. »

On dirait presque qu’elle a cherché comment énerver Helena… elle s’est même mise à parler de son père… ça va exploser, je le sens.

« Je suis ravie de faire votre connaissance. »

Je n’en suis pas si sûre… en fait…

« Le plaisir est partagé, mademoiselle Zulian. »

Helena mens. Elle s’est mise en mode princesse, alors on est parti pour une guerre. Je croise mes jambes le plus fort que je peux, pour étouffer ma crainte.

« Pourquoi ne vous joindriez-vous pas à nous, un petit moment ? »

Non. Non. Non. Elle va sentir mon pouvoir. Elle va accuser Helena. Elle va en parler. Non. Elle va me trouver monstrueuse. Ou bien elle va blesser Helena…

« Ainsi, nous pourrions faire plus ample connaissance. »

Ne joues pas à ça, s’il te plaît… je sais que tu veux juste l’attaquer… j’ai peur… Oh non. L’autre fille a l’air stressée. Si Helena se sent en position de force dés le début, elle va tester les limites de son adversaire…

« Je… Euh.. N… Non… Je… Euh… J’ai un… Euh… je déménage… Euh… Emménage… »

Elle reprend son souffle une seconde, mais c’est trop tard. Je suis sûre qu’Helena ne va plus pouvoir se calmer, maintenant. Alors elle va encore se disputer avec Charlotte et dormir au manoir. Et, à force de voir son père tout le temps, elle sera d’une humeur massacrante. Je ne veux pas que ça arrive…

« Je ne voudrais surtout pas vous déranger, vous devez avoir des tonnes de choses à faire. Moi il faut encore que je débarrasse tous mes cartons du camion, que je monte des meubles et que je trouve un travail pas trop loin. D’ailleurs, on m’a dit que le Paisible recrutait, justement, au service en plus ! Ça m’intéresse énormément donc il faut que j’aille me vendre avant qu’on me prenne la place. »

Oh, oh. Elle vient demander quelque chose à Charlotte ? Elle n’a pas vraiment l’air au courant, mais Helena va sentir qu’on l’utilise. Aïe… je sens déjà l’explosion… il ne faut pas que ça arrive, il ne faut pas que ça arrive…

« Vous… est-ce que tout va bien ?
_ Très bien princesse. Et vous ? Vous avez l’air ailleurs subitement. »

Aoutch. Elle rends les coups. Helena a réussi, la guerre commence. Au moins, c’était rapide. Le problème, c’est que l’autre fille risque de péter les plombs…

Tout ça va très mal finir… Mes doigts se tordent sous la table et mes jambes serrées remuent un peu sous l’effet du stress. J’espère qu’Helena arrêtera, en voyant comme ça me fait peur…

« Tout va très bien. Vous, au contraire, avez l’air particulièrement perdue. Si vous preniez une minute pour vous installer, nous pourrions vous aider à vous y retrouver. S’installer à Sainte Rosalie, ce n’est pas toujours simple. Les choses ici ne fonctionnent pas exactement comme partout. »

Ça suffit. Je comprends qu’Helena soit énervée. Mais c’est une adulte en face ! Elle ne doit pas entrer dans son jeux… elle ne le fera pas, pas vrai ? Tout va très vite se calmer…

« Ma princesse, je n’ai vraiment pas le temps pour vos mondanité. J’ai quitté le confort de mon domaine familiale il y a maintenant 5 ans, il est bien trop facile de se reposer sur sa famille pour construire un empire. Je construis donc ma propre route et je n’ai pas le temps de jouer à la princesse avec vous. J’ai décidé de m’assumer seule. Je suis donc au regret de décliner votre offre et de retourner à mes occupations de femme du peuple. Sur ce, comme je vous l’ai indiqué plus haut, j’ai une montagne de choses à faire aujourd’hui. J’espère vous recroiser et que nous pourrons êtres amies. Après tout, on a surement plus en commun qu’il n’y semblerait. »

Je ne suis pas si sûre qu’Helena acceptera que vous soyez amies… et elle va prendre tout ça très mal… la nouvelle ne le sait peut-être pas, mais Helena déteste qu’on la prenne uniquement pour une D’Hombre. Elle se bat tous les jours pour elle être Helena, et non mademoiselle D’Hombre.

« Vous semblez ignorer quelque chose, mademoiselle Zulian. La propriétaire actuelle du restaurant est assise à cette table, de même que son héritière. »

Elle indique Charlotte. Attends… depuis quand Helena est l’héritière de Charlotte ? Quoi que, c’est logique. Elle s’occupe d’elle, elles sont tante et nièce, Charlotte n’a pas d’enfant…

« Charlotte DuLac, ma tante, est la femme à qui vous devez vous « vendre », à moi que je ne fasse erreur. »

Son sourire n’annonce rien de bon. Elle me semble vraiment blessée, quoique personne d’autre ne le voie.

« Le destin a voulu que ce soit la petite sœur démissionnaire d’Anastasia D’Hombre qui hérite de ses propriétés, et non sa fille adorée. »

Aïe… c’est un sujet difficile pour Helena… enfin… c’est normal… Charlotte n’a jamais été là avant… et elle est juste venue prendre le restaurant et Helena, remplacer Anastasia… je ne savais pas qu’Helena lui en voulait autant… je savais juste qu’elle avait très mal pris qu’on donne le Paisible à une inconnue… mais depuis... enfin… peut-être qu’elle veut simplement éviter que Charlotte ne la punisse.
avatar
Destin
Administrateur
Administrateur

Messages : 169
Points : 2515
Date d'inscription : 11/06/2018

Voir le profil de l'utilisateur http://la-voix-des-dolorey.forumactif.com/f81-bloc-du-destin

Revenir en haut Aller en bas

Jeremiah Bijoutier - 002

Message par Destin le Dim 18 Nov - 1:55

BIJOUTIER Jeremiah
Je suis sensé aider Edward… je crois.
Comme Fait Pour Elle
« Quoi ? A la boulangerie ? Non ! Je veux m’asseoir et prendre des nouvelles des ragots auprès de Kate ! »

Comment lui dire non ? Je la suis du regard tandis qu’elle avance vers la porte. A sa façon brutale de l’ouvrir, elle avait quelque chose de majestueux. Je la suivais donc, aveuglément, vers le bar.

Le paisible avait quelque chose de glacé et d’électrique. L’ambiance était vraiment différente de ce dont j’avais l’habitude. Les murmures courraient de plus en plus vite. Nora avait l’air terrifiée… Nora ! Elle devait amener le froid !

Attendez… pourquoi je suis entré ? Rah ! Si j’interromps Helena, Edward m’en voudra à mort !

Bon. T’en fais pas. Il peut rien dire. Il t’a envoyé un simple mail. C’est plutôt informel. Et puis, il a jamais dit que tu pouvais pas interrompre Helena.

Rah ! Pourquoi il a fallu que je m’occupe de ça ? C’est pas mon genre d’affaire.

Je m’approche du contoir en trainant des pieds, accueilli par une Kate folle de Tintallë

« Qu’est-ce que je sers à notre lame de Sainte Rosalie ?

_Deux cafés et deux croissants s’il te plaît. Et Tintallë commande aussi quelques ragots à ta sauce. »

Je lui adresse un sourire, elle me fait un clin d’œil. Une fille qui aime les filles, et un garçon qui aime les garçons. Si on ne s’était pas connu comme ça, serait-on devenus amis, elle et moi ? Sans doute. Enfin. Kate est folle, adorable, ouverte et s’assume entièrement. Comment ne pas l’adorer ? En plus, il y a quelque chose de merveilleux et de pas du tout ambigüe dans notre relation. Et puis, elle a étudié à Saint François… ça veut dire qu’elle connaît bien Edward.
avatar
Destin
Administrateur
Administrateur

Messages : 169
Points : 2515
Date d'inscription : 11/06/2018

Voir le profil de l'utilisateur http://la-voix-des-dolorey.forumactif.com/f81-bloc-du-destin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comme fait pour elle [LB] [RV]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum